14 juillet 2017

« PMA pour toutes » : Macron veut passer en force

Par Lectures Francaises

Il aura fallu attendre quatre ans pour que le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) donne enfin son avis sur l’accès des lesbiennes et des femmes célibataires à la procréation médicalement assistée (PMA.) Que dis-je, non pas pour donner son avis mais pour en changer !

Lu pour vous dans Le Bulletin d’André Noël

En effet, consulté une première fois en 2005, le CCNE rejetait la demande en ces termes : « L’ouverture de la PMA à l’homoparentalité ou aux personnes seules ouvrirait de fait ce recours à toute personne qui en exprimerait le désir et constituerait peut-être alors un excès de l’intérêt individuel sur l’intérêt collectif » Ludovine de la Rochère, de «La Manif pour tous », juge donc que le nouvel avis du CCNE « va à l’encontre des commentaires et des avis que le CCNE avait lui-même publiés ces dernières années sur le sujet. » Et de préciser : « En 2011, ne soulignait-il pas que l’enfant ainsi conçu serait privé de père, ce qui constitue la privation d’un bien élémentaire pour un enfant ? Le CCNE a fait ce constat à maintes reprises. Or l’enfant n’a pas soudainement changé, en quelques années, au point de faire apparaître le besoin d’un père comme quelque chose d’accessoire ! »
Rien n’a changé, en effet, depuis ; l’état de la question est le même ; simplement le lobby homosexuel se fait chaque jour plus pressant, assuré de la complicité des media acquis à sa cause et, surtout, de celle du président de la République qui s’était déclaré favorable «à titre personnel » à la PMA. Notons que, lorsque François Bayrou, alors garde des Sceaux éclair, était intervenu auprès des journalistes de France-Info enquêtant sur les attachés parlementaires du MoDem, il avait expliqué, lui aussi, que c’était «à titre personnel ». Le premier ministre lui avait alors répondu, avant de le limoger : « Quand on est ministre, on ne peut plus réagir comme quand on est un simple citoyen. » Mais, lorsqu’on est président de la République, le peut-on ?
Revenons à la PMA et la GPA (grossesse pour autrui.) Pour cette dernière, le CCNE se déclare toujours hostile, certes, mais pour combien de temps ? Jusqu’à ce que le chef de l’Etat qui n’y est pas favorable aujourd’hui soit finalement « pour » demain ? Pour ce qui est de la PMA, tous les membres du Comité n’ont pas changé d’avis, un tiers d’entre eux maintient l’interdiction ; leur position a été publiée comme un avis minoritaire.

Le Bulletin d’André Noël N° 2524 du 3 juillet 2017

I-Moyenne-22296-pma-gpa-quel-respect-pour-les-droits-de-l-enfant.netI-Moyenne-12556-l-ultime-transgression-refaconner-l-homme.netI-Moyenne-21718-le-mai-68-conservateur-que-restera-t-il-de-la-manif-pour-tous.net