Home Actualité Guaino se plaint de son salaire !

Guaino se plaint de son salaire !

0

Guaino a au-moins l’intérêt d’être l’objet d’un article plus intéressant que lui ! Conclusion pleine de bon sens.

Lu dans Les 4 Vérités :

Des députés trop mal payés ?

« Le plaisir est le bonheur des fous ; le bonheur est le plaisir des sages. »

JULES BARBEY D’AUREVILLY

revenusdesdeputesHenri Guaino n’est certes pas le plus antipathique des parlementaires français. Son attachement à l’indépen­dance de la France est suffisam­ment rare dans la corporation pour lui mériter notre respect. Il n’en demeure pas moins qu’il a parfois des idées bizarres. Ainsi son allergie au débat sur l’identité nationale, quand il était conseiller de Nicolas Sarkozy, m’avait-elle semblé in­compréhensible.

Aujourd’hui, son allergie à Fran­çois Fillon et à son programme me semble, elle aussi, un peu disproportionnée.

Je comprends fort bien que l’on dise que François Fillon n’in­carne pas toute la droite fran­çaise et qu’il va falloir qu’il sache parler, non pas seulement à la bourgeoisie de province, mais aussi au peuple. Mais de là à dénoncer son programme comme « ultralibéral ». Mais c’est surtout sa sortie in­décente sur les finances des parlementaires qui me semble parfaitement « décalée ». Tout récemment, en effet, privé d’une partie de son indemni­té parlementaire, pour cause d’absences répétées, M. Guaino s’est plaint de « ne rien pouvoir mettre de côté », avec son sa­laire de député de 5100 euros nets par mois.

Précisons d’abord qu’il faut, en réalité, doubler le montant, puisque les députés perçoivent également une indemnité re­présentative de frais de man­dat (non soumise à l’impôt sur le revenu) de 6.400 euros bruts mensuels. Mais, surtout, il est indécent de se plaindre d’un salaire qui place tout de même M. Guaino parmi les 4 % de Français les mieux payés (sans même tenir compte de son IRFM !). Et, pour un candidat à l’élection présidentielle, s’annoncer inca­pable d’épargner avec des re­venus aussi élevés, ce n’est pas très rassurant sur sa capacité à gérer les fonds publics!

guainoPersonnellement, je ne déduis qu’une chose de cette polé­mique : les mandats ne de­vraient pas être rémunérés – du tout ! J’entends d’ici les hourva­ris et la crainte que « les plus riches » contrôlent la soi-disant « représentation nationale ». Mais c’est déjà le cas : le parle­ment est évidemment sous l’influence de l’oligarchie. Et puis, dans le monde associa­tif, les mandats sont gratuits. Ça n’empêche nullement tes asso­ciations de prospérer, sans être entièrement asservies aux puis­sants du jour. D’ailleurs, l’immense majorité des élus – ceux qui, précisé­ment, se sont engagés pour le bien commun – n’est pas rému­nérée. Seuls quelques milliers le sont, ce qui les asservit trop souvent à leur parti.

La gratuité des mandats serait une réforme populaire, écono­mique, et surtout cette réforme redonnerait toute sa noblesse au mandat politique : représen­ter son pays est un honneur, pas un métier !

Jean Rouxel

Les 4 Vérités , n°1077, 20 janvier 2017

I-Moyenne-7933-le-senat-enquete-sur-les-superprivilegies-de-la-republique.netI-Moyenne-23456-le-senat-un-paradis-fiscal-pour-des-parlementaires-fantomes-enquete.net

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous gratuitement à notre lettre d’information, en remplissant le formulaire : 

[sibwp_form id=1]