14 octobre 2016

Les journalistes tuent l’être

Par Lectures Francaises

La réalité est chose trop sérieuse pour laisser les journalistes la courtiser. Et d’abord : y a t’il du bon journalisme ? Si tant est que le fait de se mêler de tout, tout le temps est une bonne chose. Le peuple doit-il tout savoir ? On peut déclencher des guerres par indiscrétion ! La liberté de la presse n’est pas un droit. Et encore… Quand cela aura cessé d’être nécessaire, alors cette houri dépenaillée perdra sa raison d’être. Ce n’est pas parce que je sais que Daech existe et qu’ils tuent, que cela va éviter que Daech me tombe sur le museau ! En revanche, à force d’entendre qu’il y a un islam modéré, alors je vais finir par y croire, sans le voir !!! Veritas est adequatio rei et intellectus.

Lu dans La Gazette de Saint Ursin :

Les journalistes français : informer ou interpréter ?

je-suis-journaliste-francaisIngrid Riocreux, agrégée de lettres, docteur d’État, vient de publier au printemps un ouvrage intitulé : La langue des médias (voir notre rubrique « à lire »). Cette étude de la langue des journalistes et de son impact sur notre façon de comprendre le monde, avec des exemples très concrets, montre que les formules des journalistes impliquent un jugement sur les événements. De même que le journaliste reproduit les formules de ses confrères, reprend sans réflexion leurs mots, adopte par mimétisme grégaire leur parlure, de même il ne cesse de reproduire des tournures de phrases et de répéter des termes qui impliquent un jugement sur les événements.

Prenant pour des données objectives et évidentes des opinions qui sont en fait identifiables comme des points de vue propres à des courants de pensée, il contribue à répandre une doxa faite de préjugés, de stéréotypes et de présupposés qui sont au fondement des croyances de notre société. Car si le langage du journaliste fonctionne comme la vitre déformante à travers laquelle on nous montre le présent, il est aussi une fenêtre trompeuse ouverte sur le passé et sur l’avenir. Analyser le discours du journaliste, c’est donc, d’une certaine manière, mettre au jour l’inconscient de notre société dans tout ce qu’il comporte d’irrationnel.

92609430_oNon seulement sa langue reflète le délitement actuel de la parole, c’est-à-dire de ce qui rend possibles les relations humaines, mais elle cristallise aussi le paradigme de pensée de notre société : les mots du journaliste sont porteurs de tous les préjugés de notre temps, de toutes ces vérités tenues pour évidentes quoique jamais démontrées, d’une répartition arbitraire entre les bons et les méchants, d’une hiérarchisation morale des régimes politiques, d’une vision préconçue du sens de l’histoire, etc.

Observer le parler journalistique, c’est donc prendre, à un instant « t », une photographie de cette chose si éphémère qu’est l’esprit d’un monde.

La Gazette de Saint Ursin octobre 2016, n°71

Pour leur écrire :

Association Communauté Saint Ursin

76 boulevard Auger

18000   BOURGES