23 juin 2016

Embargo russe : entêtement de l’Ours

Par Lectures Francaises

L’Ours russe campe sur ses positions, et relance l’embargo : « Grattez le Russe, vous trouverez le cosaque ; grattez le cosaque, vous trouverez l’ours. » Ce vieux proverbe slave prend toute sa signification dans les relations « diplomatico-économiques » entre la Russie et l’Ouest. Il est tout de même ahurissant que le communisme primaire en Russie n’y ait pas annihilé l’esprit national, et que notre pays soit devenu le laboratoire où se pratiquent les tests politiques et sociaux les plus lourds de conséquences dramatiques sur le monde. Encore abruti par Octobre rouge, l’ours cosaque a gardé un petit bon sens, et toute son opiniâtreté. Quant à la volonté de grandeur pour leur pays, ils sont les dignes fils des Romanov, Koutiepov, WrangelKoltchak, Denikine, Youssoupov et tant d’autres. Dans tout cela les premiers perdants sont nos agriculteurs.

Lu pour vous ce matin dans l’Action Agricole de Touraine :

La Russie se prépare à reconduire son embargo jusqu’à la fin de 2017.

La Russie menace de pro­longer jusqu’à la fin de 2017 son embargo sur les impor­tations de produits agricoles, alors que l’UE se prépare à de difficiles discussions sur la reconduction de ses sanctions contre Moscou.

« J’ai ordonné que soient pré­parées des propositions en vue d’une prolongation des mesures de rétorsion non pas pour un an mais jusqu’à la fin 2017 », a (déclaré) le Premier Ministre russe, Dmitri Medvedev, cité par les agences nationales. Ces dispositions interdisent depuis août 2014 l’importation de la plupart des produits alimentaires des pays occidentaux, notamment de l’UE, qui sanctionnent la Russie pour l’annexion de la Crimée et son soutien aux séparatistes de l’est de l’Ukraine.

Prolongées une première fois pour un an l’été dernier, elles devaient en théorie expirer au mois d’août. Les Vingt-huit doivent encore trouver un accord sur la proro­gation de leurs sanctions écono­miques contre Moscou après le 31 juillet 2016. Toutefois, le Vice-Premier Mi­nistre russe, Arkadi Dvorkovitch, a annoncé que la viande de volaille, la viande bovine et les légumes congelés et séchés des­tinés à la fabrication de prépara­tions pour nourrissons vont être autorisées à l’importation.

Quant à la question de l’embargo sanitaire sur le porc de l’UE, elle devait être abordée par le com­missaire européen Phil Hogan et le ministre russe de l’agriculture, Alexandre Tkatchev, à l’occa­sion de la réunion des ministres de l’agriculture du G20 à Xi’an en Chine.

La prolongation de l’embargo pour un an et demi doit aider le secteur agricole russe, qui craint un brusque retour de la concur­rence européenne, à bénéficier d’un horizon plus lointain pour planifier ses investissements », a également déclaré Dmitri Medvedev. Un rapport interne du gouver­nement russe, révélé récemment par l’agence Tass, évalue à 9,3 milliards € les pertes pour les pays visés par l’embargo. Le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, devrait rencontrer Vladimir Poutine à l’occasion d’un forum économique international auquel il participera à Saint-Péters­bourg.

Action Agricole de Touraine, 6 bis rue Jean Perrin, CS 60229, 37172 Chambray-lès-Tours.