10 septembre 2015

Éditorial n°701, septembre 2015

Par Lectures Francaises

Avec la « rentrée » d’automne, notre comité de direction et de rédaction a pris la décision d’apporter quelques innovations à la présentation de notre publication, afin de lui donner une touche supplémentaire d’agrément lors de sa lecture. Vous le constaterez en en prenant connaissance.

Cela n’enlève rien au contenu que nous nous efforçons de lui donner en fonction des événements qui secouent notre pauvre monde, même si, durant la période estivale, l’actualité « tourne au ralenti », assoupie par la torpeur et les sautes d’humeur climatiques.

Toutefois, grâce à notre collaborateur Claude Beauléon qui étudie, se documente et travaille, nous publions ce que nous considérons comme un très intéressant dossier ayant trait à la comparaison du statut de la femme dans trois modes de vie bien différents : le catholicisme, l’islam et la société laïque. Lisez-le, vous serez édifiés par ce que vous y apprendrez : vous y ferez bien des découvertes, malheureusement délibérément occultées par ceux qui tiennent absolument à ce que « l’immigration soit une chance pour la France » ( ! ). Nous mentionnons ici un seul (parmi tant d’autres…) de ces aspects pour souligner à quel point nous vivons « sur une autre planète » quand nous prenons conscience que « l’islam accorde une place démesurée, pour ne pas dire obsessionnelle, à la sexualité toujours débridée (…) » (p. 47). Par antinomie, « pour les musulmans, l’indissolubilité chrétienne du mariage est jugée inhumaine (sic !) et non conforme à la nature » (p. 50). Comment voulez-vous qu’en face de telles obsessions et affirmations, nos dirigeants parviennent à nous faire admettre les bienfaits du « vivre ensemble » ?

Un dernier point : nous n’avons pas abordé le phénomène qui a secoué les instances du Front national, à la suite de l’exclusion de son fondateur et président d’honneur, Jean-Marie Le Pen. La sanction ayant été rendue publique le 20 août (date à laquelle nous « bouclons » nos numéros), nous avons estimé sage de ne pas nous précipiter sur la « nouvelle » et estimons qu’il est plus raisonnable de prendre un peu de recul avant d’exprimer quelques commentaires. Nous y reviendrons dans notre prochaine livraison.

En souhaitant que nos légères « améliorations » sauront retenir votre intérêt, nous rappelons notre habituel leitmotiv : afin de pouvoir poursuivre notre route et nos objectifs, nous avons besoin de vous. Restez-nous fidèles, renouvelez sans faute vos abonnements, faites-nous lire et connaître dans votre entourage, essayez de susciter de nouveaux adhérents. Nous vous en remercions d’avance.