Lu dans monde&vie n°957 de juin 2018. En théorie, Macron reste le garant de la laïcité face à l’islamisation et de notre sécurité face au terrorisme islamique. En pratique, sa grande porosité aux thèses communautaristes, voire fondamentalistes, inquiète. Les Frères musulmans ne se contentent pas de le soutenir, ils le conseillent. Parfois directement, comme Yassine BELLATAR.

Pour Ahmet Ogras, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), l’absence d’Emmanuel Macron au dîner de rupture du jeûne le 12 juin « est perçue par la communauté musulmane comme un boycott ». Voilà qui en dit long sur la capacité de chantage victimaire dont est capable ce proche des Frères musulmans et voilà qui manifeste la dépendance dans laquelle il estime qu’Emmanuel Macron est tombé. S’il est le premier Président depuis 10 ans à avoir, l’an dernier, assisté à cette cérémonie, c’est loin d’être le seul gage qu’il a donné à un islam plus ou moins radical. À ce titre, est-il le mieux placé pour protéger la France de l’islamisation, dont l’expression paroxystique est le terrorisme islamique ? Poser la question, c’est déjà y répondre.

De fait, l’homme parle de « radicalisation de la laïcité » (contre l’islam) ou reprend les discours du Parti des Indigènes de la République (PIR), mouvement islamo-gauchiste, du CCJF (Comité contre l’islamophobie en France, proche des Frères Musulmans) … ou de Daech sur la colonisation française, « crime contre l’humanité ».

Ces propos avaient fait grand bruit pendant la campagne présidentielle, marquée par le soupçon de complaisance, voire de soumission envers les Frères Musulmans (FM), mouvement prônant l’islamisation en douceur. Petit souci, le Service central de renseignement territorial (SCRT) met en garde contre la « porosité […] avérée » qui existe entre salafisme « quiétiste » – opposé à l’usage de la violence aujourd’hui – et salafisme djihadiste.

En attendant, on se souvient de l’affaire Mohamed Saou. Proche du PIR et du CCJF, le référent En Marche du Val-d’Oise, un « type bien », malgré des « trucs plus radicaux », selon les mots hors antenne de Macron sera écarté… avant d’être discrètement réintégré sous pression du CCIF. Plus significatif, après la Grande mosquée de Paris, c’est l’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France, bras armé des FM), depuis rebaptisée « Musulmans de France », qui avait appelé à voter Macron.

Bellatar, le côté obscur de la force

Yassine Belattar

Un an plus tard, la même organisation enjoint Emmanuel Macron, dans une lettre ouverte, à protéger les musulmans « des attaques des radicalisés de la laïcité » et à dire « non à l’instrumentalisation de la laïcité à des fins racistes et d’intolérance religieuse », bref de laisser les fondamentalistes pratiquer leur culte et leur prosélytisme comme bon leur semble.

Il est à craindre qu’ils soient entendus, si l’on en juge par l’entourage du Président. Peu à dire des 17 députés musulmans de LREM (un record), tous au profil assez lisse. Seul Yanis Khalifa, suppléant de Sira Sylla, est proche des FM. Mais le vrai pouvoir est dans les couloirs de l’Élysée, qu’arpentent ses conseillers. Deux visages s’imposent alors : ceux d’Hakim El-Karoui et de Yassine Bellatar.

Le premier représente la face moderniste de l’islamisation : il a pondu pour l’Institut Montaigne un rapport sur « l’islam de France », qui sert de base de réflexion à Macron sur le sujet. En bon communautariste, il préconise de bâtir un maximum de mosquées-cathédrales, l’apprentissage de l’arabe littéraire (celui du Coran…) à l’école, une taxe sur le halal pour financer la formation des imams ou la construction de lieux de culte. Cerise sur le gâteau, il souhaite un veau concordat avec l’islam …

Yassine Bellatar, lui, c’est le côté obscur de la Force … Musulmane. Est-ce pour rire que cet « humoriste » a menacé « d’égorger » le journaliste Alexandre Devecchio ou harcelé le père d’une victime de Mohamed Merah ? Pas vraiment, car pour ce proche du CCIF, l’islamophobie réelle ou supposée autorise tous les dérapages. C’est donc ce personnage qui a rejoint le Conseil présidentiel des villes en mars dernier.

Ce comité Théodule est censé aider Macron à y voir plus clair dans les « quartiers populaires », c’est-à-dire à forte proportion d’immigrés ou de descendants d’immigrés, en cours d’islamisation. Et comme pour lui, il n’y a aucun lien entre terrorisme islamique et islam, pas sûr qu’il aide son « frère » Emmanuel à y voir vraiment clair.

D’ailleurs, cette façon qu’il affecte d’appeler le président son « frère » est-elle uniquement affectueuse ou fait-elle référence à d’autres Frères … musulmans ?

Par Richard Dalleau

L´islamisation de la France
A propos de l’islam – Quelques éléments de discernement
L´islam dans le terrorisme islamique

Laisser un commentaire