Le ministre de l’Education nationale a nommé au poste stratégique de nouveau président du Conseil supérieur des programmes (CSP), un élément solide, Mme Souâd Ayada, prise dans son équipe rapprochée, une philosophe à la carrière déjà brillante. Elle est née au Maroc en 1970 puis, à partir de 4 ans, a été élevée et éduquée en France dans une famille modeste. Son père était ouvrier. Elle a suivi de très bonnes études : CAPES puis agrégation de philosophie, inspecteur général dans cette discipline. Ayant effectué des recherches, elle a choisi comme thèse, entre autres questions, les « formes de représentation en islam ». Elle se présente comme spécialiste de spiritualité islamique, mais pas théologienne. Car elle se réfère au système de Hegel : soit, rappelons-le, un idéalisme rationaliste et dialectique (donc évolutif). C’est sous cet angle qu’elle a étudié les « systèmes métaphysiques de l’islam ». Elle a fait partie de la mission Mathiot à qui M. Blanquer a demandé de fixer les principaux axes de la réforme scolaire. Sa nomination ne s’est pas faite par hasard. Elle ne cachait pas son adhésion au courant « anti-NVB » (Najat Vallaud-Belkacem). Quand, en novembre 2017, Michel Lussault et sa vice-présidente eurent donné leurs démissions, du CSP, les pédagogistes perdaient une partie de leur influence. Pour ce qui est des programmes, Mme Ayada a donné quelques réponses sur sa position. Elle est favorable à l’histoire critique y compris pour les religions. Sur YouTube, on peut voir et entendre son intervention a l’Assemblée nationale : « … tout enseignement, fut-il du fait religieux, doit être un enseignement critique ». « Il faut par ailleurs, a-t-elle déclaré clairement, toujours se soucier de la vérité historique quand on parle des religions » (Le Monde, 03/02/18). Elle a repris à son compte l’obsession du ministre de « revenir aux fondamentaux » en désignant les tables de multiplication, les fables de La Fontaine, la grammaire en primaire. « Il faut, a-t-elle osé dire, faire de l’analyse grammaticale systématique, en s’appuyant sur une terminologie claire et accessible pour tous y compris pour les parents ». Lors de son passage à l’Inspection générale, elle fut appréciée des professeurs de philosophie, en prônant le programme par « notions » (l’inconscient, le désir, le devoir…) et l’exercice très formateur de la dissertation… que certains professeurs remplaçaient par des travaux plus simples : quelques textes et l’histoire des idées (ils s’adaptaient au niveau de leurs élèves). Les membres de la Commission de l’Assemblée appréciant un courage assumé, lui ont lancé « bonne chance ». Elle en aura besoin.

Pierre ROMAIN et Jacques DE KREMER

Pour lire le reste de notre numéro…

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.