Pour avoir dénoncé Daesh, Marine Le Pen mise en examen

On savait que cela pouvait arriver, que Marine Le Pen risquait d’être mise en examen pour la diffusion de photos violentes — insoutenables, même — sur les crimes de Daesh. Mais cela paraissait néanmoins difficile à croire, et beaucoup pensaient même que le parquet avait abandonné ces accusations aberrantes.

Lu pour vous dans Présent.

Rappelons les faits ; ils datent un peu, et les évoquer à nouveau ne peut que susciter les questions des Français : lors d’une émission de radio de Jean-Jacques Bourdin, le Front national avait été mis sur le même plan que Daesh. C’est évidemment cette affirmation qui aurait dû faire l’objet de poursuites.

Marine Le Pen — et Gilbert Collard de son côté — ont diffusé alors des images de crimes de Daesh. Sur son compte Twitter Marine Le Pen a montré les images d’un pilote jordanien brûlé vif, d’un soldat syrien écrasé vivant par un char d’assaut, et d’un Américain décapité, dont la tête a été posée sur le corps. Ces images sont insoutenables, certes. Mais elles accompagnaient un message très explicite : « Daesh, c’est ça ! ».

Oui, c’est ben ça. Il ne s’agissait donc pas de faire l’apologie de Daesh, et ces photos sont choquantes, comme sont choquantes toutes les photos qui nous montrent des actes de barbarie, comme était choquante cette photo d’un enfant migrant mort, sur une plage. Ce qu’a d’ailleurs rappelé Marine Le Pen. Et c’est choquant comme ces drames et ces guerres dont les images sont passées aux actualités de 20 h.

Images choquantes; pour des enfants sur Minitel rose

Jamais aucun journaliste n’a été poursuivi pour une telle diffusion d’images. Marine Le Pen, si. Car sur instruction du dignitaire maçon Bernard Cazeneuve, alors ministre de l’Intérieur, et par l’intermédiaire d’un juge de Nanterre, la dirigeante du Front national est donc poursuivie, mise en examen. Elle risque trois ans de prison et 75 000 euros d’amende.

C’est moins, peut-être, que les tueurs de Daesh qui reviennent actuellement en France, fuyant la justice expéditive des Irakiens ou des Kurdes, mais c’est infiniment plus que le logeur de Daesh, Jawad Bendaoud, dealer et braqueur par ail-leurs, car lui vient carrément d’être relaxé.

« S’ils me condamnent pour cela, ce sera comme une médaille au revers du veston », s’est exclamée madame Le Pen, rappelant au passage que Daesh a assassiné 239 de nos compatriotes durant la série d’attaques de ces toutes dernières années.

Cazeneuve et ses sbires ont mis plusieurs mois pour chercher un texte permettant de telles poursuites. Ils ont trouvé et s’appuient donc sur un dispositif conçu pour réprimer les images pornographiques, accessibles aux enfants, et visibles sur le Minitel rose. Ici, pas d’enfants, pas de Minitel rose, pas de pornographie, mais le texte nous est quand même servi. A qui cette poursuite grotesque va-t-elle profiter ? Mais au Front national lui-même, selon toute vraisemblance, s’il sait tirer parti de ce scandale. Car il est certain que l’homme de la rue ne comprend pas ces poursuites et se sent spontanément solidaire de madame Le Pen, quel que soit son sentiment à l’égard du FN.

Francis BERGERON

Présent n°9063 du 3 mars 2018

Suggestion de livres sur ce thème :

Bourlard-islam-islamisme-12-questions-pour-mieux-comprendre.net
Commander le livre sur chire.fr
Flichy Neuville-l-etat-islamique-anatomie-du-nouveau-califat.net
Commander le livre sur chire.fr
Wafa-sultan-l-islam-fabrique-de-desequilibres.net
Commander le livre sur chire.fr

Laisser un commentaire