Home Revue de presse Réduction du déficit : sortir du dogme européen

Réduction du déficit : sortir du dogme européen

0
Réduction du déficit : sortir du dogme européen

L’audit de la Cour des Comptes qui dénonce la non-sincérité du budget de l’État pour 2017 n’est en rien une surprise, puisque l’opposition des Républicains avait constamment dénoncé les mensonges de ce budget.

Lu pour vous dans Les 4 vérités hebdo

Gilles Carrez, alors président de la commission des finances, a demandé sans succès le vote d’une loi rectificative.
Mais, au-delà des règlements de comptes posthumes avec la défunte majorité de François Hollande, ce sont les solutions proposées par le gouvernement Macron-Philippe qui sont inquiétantes.
En effet, ce gouvernement annonce en généreux père fouettard qu’il faut :
– bloquer les points d’indices des fonctionnaires ;
– bloquer les retraites ;
– couper dans la dépense publique.
Le tout pour arriver à respecter, coûte que coûte, les dogmes idéologiques de Bruxelles et Berlin – et notamment le fameux 3 % de déficit maximum !
Cette politique de purge budgétaire, qui s’inscrit dans la droite ligne de François Hollande, est mortifère et vouée à l’échec.
Couper dans la dépense sans réforme de structure va entraîner une baisse de l’activité et accroître le chômage, c’est l’effet du « multiplicateur budgétaire » qu’Olivier Blanchard, chef économiste du FMI, a mis en évidence.
Certains économistes estiment que diminuer d’un euro la dépense publique peut entraîner une baisse d’activité de 2,5 à 3 euros et une augmentation du chômage : c’est le scénario qui a prévalu avec François Hollande et en Grèce.
Il est impératif d’adopter une autre politique : celle d’effectuer des réformes de structures et d’investir, et investir encore, en oubliant les dogmes idéologiques de Bruxelles et les 3 % de déficit public.
Cela passe notamment par :
– la baisse de l’IRPP,
– la baisse de l’impôt sur les sociétés,
– l’abrogation de l’ISF qui chasse le capital hors de France et crée des emplois à l’étranger.
Mais il faut aller plus loin en rétablissant les avances des banques centrales aux États pour l’investissement.
Il n’y a aucun danger d’inflation en raison de la sous-mobilisation de notre appareil de production.
Si les avances avaient été maintenues, la France n’aurait pas 2 000 milliards de dette.
L’État n’est pas un investisseur privé et n’a pas à se financer comme une personne privée sur les marchés !
De plus, nous avons des besoins énormes en investissements : équipements militaires à remplacer, satellites, équipements ferroviaires, recherche à financer dont l’intelligence artificielle, universités…
Cette politique nécessite un changement radical vis-à-vis de l’Union européenne.
Mais, pour cela, il faut avoir un peu plus de lucidité sur la réalité de la construction européenne que n’en a l’actuel gouvernement.
La politique économique prônée en conséquence par le gouvernement est suicidaire et ce n’est pas une photo lancée avec toujours plus de « com » qui changera la réalité !

Les 4 vérités hebdo n°1101 du 7 juillet 2017

I-Moyenne-9144-retraites-non-aux-fausses-reformes-une-copie-a-revoir.netI-Moyenne-24230-euro-vers-la-fin-de-la-monnaie-unique.netI-Moyenne-17585-la-fin-de-la-democratie.net

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous gratuitement à notre lettre d’information, en remplissant le formulaire : 

[sibwp_form id=1]