Home Revue de presse Décès de Jean-Jacques Susini, l’un des fondateurs de l’OAS

Décès de Jean-Jacques Susini, l’un des fondateurs de l’OAS

0
Décès de Jean-Jacques Susini, l’un des fondateurs de l’OAS

Décédé le 3 juillet, Jean-Jacques Susini, était l’un des éléments clés de l’OAS en Algérie en 1961-1962. Les médias accolent moutonnement à son nom l’épithète sulfureux.

Lu pour vous dans Présent.

Qui était-il, vraiment ? Forte per­sonnalité, intelligence supérieure, grande culture historique, volonté sans faille, sont quelques-uns des traits caractérisant l’orateur hors pair et l’homme d’action qu’il était.
Bachelier à 15 ans, il préside à 26 ans l’association générale des étu­diants d’Algérie. Il est l’un des diri­geants de l’insurrection d’Alger de janvier 1960, « la Semaine des barri­cades ». Passant sur les conseils de modération des avocats, il fait, au tribunal qui le juge, une déclaration ardente en forme de manifeste poli­tique radical. Mis en liberté provi­soire en décembre 1960, il rejoint clandestinement Madrid. Il y gagne la confiance et l’estime du général Salan qui dira de lui : « C’est avec des garçons de cette classe que nous ferons quelque chose. » En fé­vrier 1961, toujours à Madrid, avec Pierre Lagaillarde, il fonde l’Organi­sation Armée Secrète, dont les termes choisis sont un appel à la ré­sistance. Avec le général Salan, à bord d’un petit avion de tourisme, il gagne Alger le 23 avril 1961. Alors que le putsch bat de l’aile, il s’em­ploie à convaincre le général Challe de ne pas renoncer — il obtient un sursis d’une journée. Responsable de l’action psychologique et politique de l’OAS, il inspire la politique du général Salan en rédigeant de nom­breux courriers, au premier ministre Michel Debré, au directeur du Monde, aux parlementaires, aux évêques, aux maires…
Lorsque l’action conjuguée du pouvoir gaullien et du FLN a raison de l’Algérie française, tenant compte des réalités, Susini — il n’a pas 28 ans — négocie avec des représentants du FLN, le docteur Mostefai en tête, un accord donnant aux Européens d’Algérie des garanties dans une Al­gérie indépendante. Ces accords n’auront pas d’application, la clique arabo-islamiste de Ben Bella prenant le pouvoir.
Exilé en Italie après juillet 1962, il monte plusieurs complots ayant pour cible le chef de l’Etat. Il y écrit un premier tome de l’Histoire de l’OAS.
Michel Déon, chargé par son édi­teur, Roland Laudenbach, de re­nouer avec Susini en vue d’un deuxième tome, le retrouve en dé­cembre 1963 à Rome. Il le décrit :
« Toujours le même, beau visage in­tact, un blond guerrier froid et calme jusqu’au moment où, se sen­tant en sécurité, sa parfaite méca­nique dialectique se met en route avec une conviction que rien ne peut ébranler. »
En 2015, l’auteur des Poneys Sau­vages, son aîné de quatorze années, toujours fasciné par sa personnalité, la rapprochait par certains aspects de celle de Vladimir Poutine. Et il ajou­tait : « Dans d’autres circonstances, Jean-Jacques Susini aurait eu un des­tin exceptionnel. »
Jean-Jacques Susini est mort, éternel jeune homme tourné vers l’avenir. Ses convictions, sans pas­séisme, étaient toujours aussi fermes.

Bernard Zeller

Présent n°8899 du 11 juillet 2017

I-Moyenne-26695-confessions-du-n-2-de-l-oas.netI-Moyenne-29641-fors-l-honneur-la-guerilla-oas-a-oran-en-1961-62.netI-Moyenne-17636-la-cendre-et-la-braise-le-reseau-oas-est-en-metropole-1961-1962.net

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous gratuitement à notre lettre d’information, en remplissant le formulaire : 

[sibwp_form id=1]