Barbecue saignant et règlement de comptes

Quelques faits divers intéressants se sont passés il y a quelques jours dans ce département très cosmopolite portant le si joli nom de Seine-Saint Denis. Il s’agit, entre autre, d’une « fête des voisins » qui a quelque peu… dérapé!

Lu pour vous dans Présent

Quoi de plus sympathique, par grosse chaleur, que de se faire un petit barbecue, le soir à la fraîche, entre amis ? C’est ce qu’ont organisé, « à la sauvage », samedi soir dans un parc de Sevran (Seine-Saint-Denis), quelque 250 personnes de la communauté antillaise qui, pour l’occasion, avaient mis sur le gril merguez, accras, boudins antillais et autres gourmandises des îles. Le tout dans une ambiance conviviale et, comme on dit, «festive» et «bon enfant». Sauf que le côté «bon enfant» et convivial de ce barbecue improvisé a tourné au drame.

Tandis que les convives s’amusent, s’empiffrent, remuent du popotin et que les enfants courent dans le parc au milieu des adultes, vers 22h30 des détonations retentissent. De quoi plomber l’ambiance d’autant qu’il ne s’agit pas de détonations de pétards de 14 juillet mais de coups de feu. Quatre au total.

Arrivés sur les lieux du barbecue géant, les policiers découvrent un homme à terre atteint d’une balle «logée entre les deux yeux» (l’homme décédera une heure plus tard) ainsi que quatre douilles de 7,65 mm.

Coup de chauffe ? Coup de sang ? Abus de rhum ? Pour la police judiciaire du riant 9-3 qui a été chargée de l’enquête, il s’agirait plutôt d’un « règlement de comptes ». Une « querelle de voisinage » due, semble-t-il, à une histoire de « vol de courrier » entre la victime et l’auteur du tir, qui n’a pas été identifié.

A noter que cette même nuit, dans ce même riant département de Seine-Saint-Denis, un équipage de la BAC est intervenu à Saint-Denis pour mettre fin à une bagarre impliquant une vingtaine de «jeunes» munis de barres de fer et d’armes blanches (trois interpellations) – la nuit précédente, déjà, la police était intervenue dans une bagarre impliquant une quarantaine de «jeunes», dont certains armés de «béquilles, de battes de baseball et de clés anglaises». Bilan : quatre personnes interpellées et une victime de 17 ans entre la vie et la mort – tandis qu’un autre individu, sans aucun doute victime d’un règlement de comptes, se faisait «allumer» vers 3h30 d’une balle de 9 mm et qu’à Bobigny un homme, très connu des services de police (89 mentions à son casier judiciaire), a été blessé par balles. Un week-end de routine, en somme.

Présent n°8879, du 13 juin 2017

I-Moyenne-24033-30-mesures-pour-une-politique-d-identite-et-de-remigration.netI-Moyenne-22777-face-a-la-bombe-migratoire-existe-t-il-une-reponse.netI-Moyenne-15505-le-devoir-d-insurrection-ou-la-reponse-geopolitique-a-la-tentation-cosmopolite.net

 

Laisser un commentaire