Home Actualité Amitiés douteuses

Amitiés douteuses

Amitiés douteuses
<center>Pierre Bergé et son ami Emmanuel Macron</center>

Familier du monde des affaires, Emmanuel Macron est exposé à des conflits d’intérêts dont cet aperçu n’a vraisemblablement rien d’exhaustif.

Lu pour vous dans L’Action Française 2000

L’ONG Sum0fUs a publié un dossier de trente et une pages traitant des conflits d’intérêts pesant sur les quatre principaux candidats à l’élection présidentielle. Emmanuel Macron y figure en bonne place : son « ni droite, ni gauche » n’est pas l’expression d’une indifférence au Capital. Il a été banquier d’affaires chez Rothschild puis associé-gérant. Ce qui signifie qu’il a participé aux fusions-acquisitions de plusieurs grands groupes comme Presstalis, Sofi-protéol et Siemens IT (repris par Atos). Il a piloté notamment le rachat des laits infantiles de Pfizer au détriment de Danone — une transaction évaluée à neuf milliards d’euros. Cette expérience l’a suffisamment marqué pour qu’il désire assouplir la législation bancaire, accusée d’encadrer les risques aux dépens des investissements dans l’économie. Installé à l’Élysée, il pourra donc filer un coup de main à Rothschild.

Bergé, Attali et compagnie
Lorsqu’il était banquier, Emmanuel Macron a aussi conseillé gratuitement la Société des rédacteurs du Monde lors de son rachat par Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse — avec l’aide bienveillante d’Alain Minc, qui l’avait pistonné pour intégrer la banque Rothschild. Bien évidemment, c’est donc par hasard que Pierre Bergé a soutenu sa candidature à l’élection présidentielle. Tout comme Jacques Attali, dont Macron avait été le rapporteur de la commission. Devenu ministre de l’Économie, il en avait appliqué les préconisations concernant les experts-comptables. Au risque, précisément, de susciter des conflits d’intérêts. Comme dans le scandale Enron. Lorsqu’il était à Bercy, à la faveur de la loi Sapin II, Emmanuel Macron a aussi donné un petit coup de main aux grands groupes du BTP répondant aux commandes publics. Il est dès lors difficile de penser que ceux-ci ne portent pas un regard favorable sur sa candidature.

Grands patrons à foison
Dans son entourage, outre ceux déjà cités, on trouve des dirigeants de grandes entreprises : Alexandre Bompard (Fnac-Darty), Georges Plassat (Carrefour), Pierre Pringuet (Pernod Ricard), Philippe Wahl (La Poste), Paul Hermelin (Capgemini), Frédéric Mazzella (Bla-BlaCar), Éric Carreel (Withings). Parmi les membres d’En marche, il y a aussi Jean-Jacques Mourad : ce cardiologue a démissionné de son poste de porte-parole en raison de sa trop grande proximité avec les laboratoires Servier. Benjamin Griveaux, un autre porte-parole, a travaillé chez Unibail-Rodamco, groupe de communication immobilière qui aurait profité d’une ordonnance de Macron. Quant à Didier Casas, directeur adjoint de Bouygues Telecom, il a pris un congé sans solde pour intégrer le «pôle idées» d’En marche. La liste est encore longue… On pourrait évoquer Richard Ferrand, qui a fait passer dans la loi Macron un amendement sur le secret des affaires limitant dramatiquement l’investigation des journalistes et autres lanceurs d’ alertes. Cependant, à propos d’Emmanuel Macron, la question la plus croquignolesque reste celle du financement de sa campagne électorale.

Francis VENCITON

L’Action Française 2000 n°2954 du 4 au 17 mai 2017

I-Moyenne-24334-n-720-avril-2017-une-enquete-sur-la-democratie-moderne.netN° 112 de juin-juillet 1966 : Les grandes manœuvres des élections

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous gratuitement à notre lettre d’information, en remplissant le formulaire : 

[sibwp_form id=1]