Éoliennes : aberration économique de la « solution verte » de l’énergie. Si vous voulez consommer autant que d’habitude et même moins, il faudra accepter de ne pas pouvoir faire 100m sans voir une éolienne partout en France. Ce sont nos ingénieurs qui ont pondu cela…

Lu dans Faits et Documents :

Le Syndicat des énergies renouvelables (SER) qui, dans son dernier bilan, se félicite du res­pect des objectifs de la loi sur la transition énergétique en matière de production et de consommation des « énergies vertes », suit scru­puleusement le scénario 2017-2050 établi par l’Institut négaWatt, visant 250 térawatt-heure d’éolien terrestre à l’horizon 2050.

En prenant le résultat officiel de 2015 qui indique que les 6.500 éoliennes terrestres installées en France ont produit 21 térawatt-heure, soit 3,9 % de la production nationale d’électricité, une simple règle de trois montre que pour atteindre 250 térawatt-heure, 77.380 éoliennes devraient être installées.

En admettant une augmentation de leur puissance (supérieure à 3 mégawatt) donc leur taille (plus de 200 mètres), ce chiffre tombe à 65.000, ce qui donnerait l’équivalent, si les éoliennes sont espacées de 700 mètres en ligne droite, une guirlande de 45.500 km, c’est-à-dire plus que le tour de la terre.

En plus d’un inves­tissement de 214 milliards d’euros (pour des machines fabriquées principalement en Allemagne ou au Danemark), une centaine de millions de tonnes de béton armé devrait être coulé dans le sol. Ce qui en plus d’être absurde est intégra­lement contraire à l’écologie que le SER, dont EDF est le principal financier, prétend défendre.

Faits et Documents, n°429, février 2017

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.