Nous reproduisons ci-dessous un texte relatant l’injuste attente imposée à Notre-Dame, depuis ses apparitions à Fatima. Cette année 2017 n’est pas un simple anniversaire.

Le père Maurice Avril est un missionnaire, dont le parcours et l’apostolat méritent d’être connus du plus grand nombre. Né à Oran (Algérie), le 11 janvier 1923, de parents pieux, dont les quatre enfants seront, comme eux, musiciens, il sent s’éveiller en lui, dès l’âge de 4 ans, la vocation religieuse. C’est donc tout naturellement qu’il entre en 1933, face à la basilique de Notre-Dame d’Afrique, au petit séminaire d’Alger, puis au grand séminaire en 1939. Nous le remercions ici de nous inciter à rentrer dans cette année anniversaire.

Fatima 1917-2017 une ère nouvelle, celle du

Cœur Immaculé de Marie

Ce Dimanche 13 Mai 1917, Lucie, Jacinthe et François gardent leurs brebis à la Cova da Iria. D’abord la prière, l’Angélus et le chapelet. Puis ils se mettent à bâtir un petit mur. Soudain, un éclair éblouissant, serait-ce l’orage ? Ils dévalent en hâte le coteau en poussant leurs bêtes. Nouvel éclair, encore plus éblouissant, ils forcent l’allure jusqu’au bas de la pente. Et là, devant eux, sur un petit chêne, apparaît « une Belle Dame, plus resplendissante que le soleil » : « ne craignez pas ! » – « Mais d’où êtes-vous, Madame ? » – « Je suis du ciel. Je reviendrai encore six mois de suite le 13 de chaque mois ».

Depuis 3 ans déjà, « la grande guerre » dévastait l’Europe, fauchait la jeunesse, accumulait les ruines et la misère. Dans sa lettre du 5 Mai, Benoît XV appelait la chrétienté à une intercession de la Sainte Vierge, il ajoutait aux litanies l’invocation « Reine de la paix ». C’est la semaine suivante que Notre Dame apparaît aux 3 bergers : « Je suis Notre Dame du Rosaire, récitez tous les jours votre chapelet ». Même insistance lors de chacune des apparitions : « il faut réciter le chapelet tous les jours », et tout au long du jour, et chaque jour.

D’autant que le Prince de ce monde savoure sa victoire totale, obtenue par ses suppôts occultes. Sa façon de régner sur tout l’univers est nouvelle : non point la destruction de l’Église, mais son infiltration totale en vue d’une utilisation totale, ce qui est bien l’inversion totale, à commencer par celle des esprits. La Belle Dame insiste toujours : « Il faut réciter le chapelet tous les jours en l’honneur de Notre Dame du Rosaire ».

L’Ave Maria n’est-il pas l’arme absolue pour les victoires absolues ! Et maintenant, la Belle Dame peut dévoiler son plan : « pour sauver les âmes des pauvres pêcheurs, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé …  Pour empêcher les pires châtiments, Je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedi du mois ».

Dès la 1ère apparition, la Dame demandait aux enfants : « Voulez‑vous vous offrir à Dieu et accepter toutes les souffrances qu’il vous enverra, en réparation des péchés si nombreux qui offensent sa divine Majesté ? Voulez-vous souffrir pour obtenir la conversion des pêcheurs, pour réparer les blasphèmes ainsi que toutes les offenses faites au Cœur Immaculé de Marie ? » « Oui, nous le voulons », répond Lucie. « Oui, nous le voulons », c’est la réponse d’amour, ce doit être toujours notre propre réponse, et une réponse d’amour. danse2La Belle Dame conclue : « Vous allez donc avoir beaucoup à souffrir, mais la grâce de Dieu vous assistera et vous soutiendra toujours ». Ainsi donc la Belle Dame a dévoilé son plan. Mais pour accomplir ce plan, elle choisit ces 3 petits bergers et leur détaille ce qu’Elle attend d’eux : « Priez, priez beaucoup », se constituer dans un état permanent de prière. Ensuite, « Faites des sacrifices pour les pêcheurs ». La raison suprême : rappelez-vous que « beaucoup d’âmes vont en enfer parce qu’il n’y a personne qui prie et fait des sacrifices pour elles ».

Leur mission est claire : priez beaucoup, faites beaucoup de sacrifices. Ces enfants sont-ils préparés pour consentir à cet héroïsme ? Oui, et bien préparés, toute la grâce nécessaire pour devenir héroïques dans leur mission. Avant tout, une famille profondément chrétienne, une paroisse chrétienne, une société chrétienne. Ensuite, leur préparation immédiate par la triple apparition de l’Ange du Portugal, gardien de la foi dans ce pays chrétien. Priez avec moi, priez comme cela « Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je Vous aime ». Ce sont les vertus théologales, elles constituent le fondement de la vie spirituelle : la foi, c’est la grâce qui nous donne la puissance de croire en Dieu et à tout ce qu’Il nous a révélé ; l’espérance, c’est la grâce qui nous inspire la confiance absolue en Dieu et en ses promesses ; la charité, c’est la grâce d’aimer Dieu autant qu’il est aimable et veut être aimé. La suite logique de cette prière : « Je vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, n’adorent pas, n’espèrent pas et ne Vous aiment pas ».

Deuxième message de l’Ange : « priez, priez beaucoup, les Saints Cœurs de Jésus et de Marie ont sur vous des desseins de miséricorde ». Troisième message, l’Ange s’agenouille et fait répéter aux enfants trois fois cette formule : « Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je Vous adore profondément, et je Vous offre le très précieux Corps, Sang, Âme et Divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ, présent dans tous les tabernacles du monde, en réparation des outrages par lesquels Il est lui-même offensé ». Cette prière, mais c’est la Messe, la Sainte Messe, Jésus-Messe, la vie en état de Messe. Et c’est aussi la spiritualité mariale de la Sainte Messe : « Par les mérites infinis de son Cœur Sacré et, par eux, du Cœur Immaculé de Marie, je vous demande la conversion des pauvres pêcheurs ».

Nos enfants sont vraiment prêts, ils ont la dévotion mariale de la Sainte Messe. Et nous arrivons à cette merveilleuse journée du 13 Mai 1917, Dimanche avant l’Ascension : À Rome, à la Chapelle Sixtine, se déroule la consécration épiscopale d’Eugénio Pacelli – À Fatima, les 3 enfants contemplent la Belle Dame. La robe d’un blanc de neige tombent sur ses pieds. Elle est serrée au niveau du cou par un cordon doré dont les bouts descendent jusqu’à la taille. Un voile blanc, aux bords ornés d’un fin galon d’or, recouvre la tête, les épaules et enveloppe le corps en retombant presque aussi bas que la robe.

Le visage brille dans une auréole de soleil. Les yeux sont noirs. Elle sourit, si aimablement, mais d’un sourire légèrement voilé d’une ombre de tristesse. Les mains sont jointes à hauteur de la poitrine. Au bras droit pend un petit chapelet aux grains blancs, brillants comme des perles et terminé par une petite croix d’argent, brillante elle aussi. Les pieds, nus et roses, posent doucement sur un léger nuage d’hermine qui effleurent les verts rameaux du petit chêne. Ave Maria ! Un siècle que nous contemplons la Toute-Belle de Fatima.

In principio ! Depuis le début que nous contemplons la Femme promise de la Genèse, choisie pour nous sauver par son Descendant. Ab aeterno ! Une éternité que nous contemplons celle « Qui a été établie dès l’éternité, dès les débuts, avant qu’existât la terre… Quand Il disposait les cieux, j’étais là… Quand Il disposait les fondements de la terre, j’étais à l’œuvre auprès de Lui ». Marie, mère du Sauveur , parce qu’Elle nous aimait ! Marie, Mère des Douleurs, parce qu’Elle nous aimait ! Marie, Mère et intendante de la grâce, de toute grâce, parce qu’Elle nous aime ! Marie, Mère de Fatima, parce qu’Elle nous aime plus que jamais ! Marie, notre Mère tant aimable, messagère du Dieu d’amour.

Un siècle déjà, mais résonne toujours ses appels à l’amour, ses avertissements, ses supplications de ne plus offenser son Fils, de regretter, d’expier, de réparer nos péchés, le naturalisme et le Libéralisme, de nous extirper de l’apostasie générale, et d’en prendre les moyens : la pénitence et la dévotion envers son Cœur Immaculé. « Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, et conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde ! »

Père Maurice AVRIL

(A suivre)

Fatima : 1917-2017. Souvenons-nous de 1689-1789
Fatima : le message pour notre temps
Fatima : 1917-2017. Souvenons-nous de 1689-1789
Le Message d’Amour du Cœur Immaculé de Marie à Fatima
Fatima : 1917-2017. Souvenons-nous de 1689-1789
L’aube de Dieu. Les grandes apparitions dans le cadre de l’histoire

 

Laisser un commentaire