World Trade Center : cet épisode a généré deux grandes écoles : les « anti » et les « pro » complot. Comme d’habitude, beaucoup se sont crus autorisés ou soudainement compétents pour juger de la causalité de l’évènement. Ici, l’information provient d’un organisme dont les compétences, de prime abord, ne permettent pas, de remettre en question la légitimité de l’analyse.

Lu dans CIVITAS :

Effondrement… d’un dogme

maxresdefaultIl est bien connu que les « tours jumelles » niou-iorquaises se sont effondrées, le 11 septembre 2001, car frappées chacune par un avion terroriste qui a mis le feu, ce qui fit fondre la structure en acier des dites tours. Il faut le croire, c’est un dogme, qui permit aux yanquilles d’attaquer et détruire l’Irak, puis tout le Moyen-Orient. Un « petit » problème, néan­moins, c’est cette troisième tour, située à 200 mètres des « jumelles », qui s’est aussi effondrée, sans avoir été percutée par aucun avion ! Et tout plein d’autres « petites » incohérences, soulevées par des milliers de témoins, ingénieurs, architectes, pompiers, simples citoyens de bon sens, … qui, depuis des années, publient leurs conclusions par écrit, par oral, ou sur internet.

clifton-08Mais le « gros » problème, c’est cette étude du prestigieux Eu-ropean Physical Sotie, parue dans son magazine Europhysics News de début septembre dernier. Cette institu­tion est tout sauf « complotiste » ; c’est un magazine scientifique re­nommé dans la communauté des physiciens européens. Considérant que les incendies n’ont pas été assez chauds pour détruire les structures en acier, que les gratte-ciel ont des sys­tèmes d’extinction d’incendie, que les éléments de structure sont protégés par des matériaux ignifuges, que « tout au long de l’histoire, trois gratte-ciel en acier sont connus pour avoir subi des effondrements partiels dus à des incen­dies, mais jamais un effondrement total », l’étude conclut que ces tours ont bien fait l’objet d’une «démolition contrôlée ».

Maintenant, reste à savoir qui a « contrôlé » cette démolition… Les USA étant le siège du mensonge, on risque d’attendre longtemps.

CIVITAS, n°62, décembre 2016

 


Warning: A non-numeric value encountered in /homepages/22/d318205955/htdocs/LF/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 326

Laisser un commentaire