Home Revue de presse Un second porte-avions pour la France ?

Un second porte-avions pour la France ?

0
Un second porte-avions pour la France ?
Passex entre le Charles de Gaulle et le porte avions avions américain USS Truman

Pauvre Richelieu… La Révolution a tout écrasé. Après avoir détruit l’économie qu’elle a remplacé par l’idéologie mondialiste, elle se rend compte que la nécessité coûte cher. En attendant, la Royal Navy se porte bien, la flotte Russe aussi quant à l’américaine, le seul inconvénient qu’ils ont est que leurs avions ne peuvent se poser sur le porte-avions Charles De Gaulle dont la piste est trop courte. Vous pensez-bien qu’en France, on en rit ! Pauvre Français… Pendant ce temps, ce bon vieux Clémenceau rouille en rade.

Lu dans Présent :

Début novembre, Jean-Yves Le Drian était l’invité du « Grand rendez-vous » sur Europe 1. À cette occasion, le ministre de la Défense a évoqué un sujet latent durant les dernières décennies : la construction d’un deuxième porte-avions pour secon­der le Charles de Gaulle.

Un  projet toujours repoussé à plus tard

32187Interrogé sur cette nécessité, de plus en plus évidente, Le Drian a tout d’abord répondu platement :  » Nous n’avons qu’un seul porte-avions, c’est comme ça. En tant que ministre de la Défense, je prends les moyens qui sont à ma disposition.  » Avant de lâcher :  » Peut-être qu’il serait souhaitable d’avoir un deuxième porte-avions.  » Si le pro­jet n’est pas dans la loi de program­mation actuelle,  » peut-être que la question se posera quand on élabo­rera la loi de programmation mili­taire qui commencera en 2020 « , a confié le ministre. Une vieille histoire qui, à chaque échéance, est repoussée à plus tard, faute de budget, depuis 1980. En novembre 2015, l’amiral Bernard Rogel, qui était alors chef d’état-ma­jor de la Marine nationale, avait plaidé en faveur de la construction d’un second bâtiment de ce type. « Il existe des situations où seul le porte-avions pourra agir, faute de pays al­liés suffisamment proches ou d’ac­cords suffisamment rapides pour y stationner des avions. (…) Nous avons besoin d’un outil de défense global pour tenir le rang d’une puis­sance mondiale », avait-il déclaré.

Si cette question revient sur le de­vant de la scène ces derniers jours, c’est parce qu’à la mi-décembre le Charles de Gaulle, actuellement en Méditerranée orientale en soutien de l’opération Chammal, subira son deuxième arrêt technique majeur avec une indisponibilité de 18 mois. Un réel problème alors que les opérations menées contre l’État islamique sont loin d’être ter­minées et que la France est engagée sur plusieurs théâtres d’opération. Ainsi, pendant que les Britanniques construisent actuellement deux porte-avions, la France, qui dispose du second espace maritime mondial, en sera dépourvue durant une longue période.

Une nécessité dans tous les esprits

mistral-navire-francaisLa nécessite d’un deuxième bâti­ment est donc dans tous les esprits. À en croire le rapport du député Jean-Jacques Bridey, rapporteur pour avis sur les crédits destinés en 2017 au programme 146  » Équipement des forces « , l’éven­tuel futur porte-avions devrait être plus lourd que le Charles De Gaulle, qui pèse quelque 42.500 tonnes. Aussi, sa propulsion serait très pro­bablement nucléaire (contraire­ment aux deux navires anglais en construction), le maintien des compétences de la filière nucléaire étant en jeu et les bénéfices en ma­tière d’endurance indéniables. En­fin, concernant le moyen de faire décoller les avions à bord, le cata­pultage électromagnétique semble privilégié par rapport aux an­ciennes catapultes à vapeur.

10614Si le projet aboutit, la construction d’un tel navire, bien qu’indispen­sable, serait de l’ordre de 4 milliards d’euros, développement compris. Un prix à payer pour se maintenir en tant que puissance d’envergure ?

Christopher Lannes

Présent, n°8739, novembre 2016

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous gratuitement à notre lettre d’information, en remplissant le formulaire : 

[sibwp_form id=1]