Le SIDA appliqué à la démocratie : que c’est frais ce petit vent de bon sens qui sillonne les colonnes de ce journal ! Si encore les grandes mesures de sauvegarde nationale se prenaient toujours un peu dans l’urgence, mais après un conseil des responsables… Mais là encore, on nagerait dans la débilité. Il faut restaurer le patriarcat car aujourd’hui, quand le danger est dans le jardin…, on appelle la bleusaille au lieu de  » défourailler « … Un procès et la prison, c’est pire que la mort : c’est cette vieille chèvre galeuse de Marianne qui l’a dit ! Allez comprendre !

Lu dans Courrier du continent :

Un SIDA politique : la démocratie parlementaire

Dans un décor de carte postale et sous un ciel sans nuage, un rutilant runabout évolue à grande vitesse sur un lac d’azur entre la rive droite et la rive gauche, les deux plus attrayantes l’une que l’autre. Soudain, le pilote est arraché de son siège par une irrésistible force… pater­nelle ! Avant de quitter le manège, fiston aura eu le temps de lire les lettres dorées qui brillaient sur la fausse coque en faux acajou du faux bateau : DEMOCRATIA.

L’apprenti pilote gardera surtout le souvenir, un brin mitigé, qu’il avait beau tourner le volant dans tous les sens, cette manœuvre incertaine n’influençait en rien la conduite de cette embarcation improbable évoluant dans un décor factice ! Oubliera-t-il cette leçon amusante sur l’art de tourner en rond et de se faire mener en bateau ?

maxresdefaultÀ l’exemple d’Hannibal, quand les lé­gions romaines se reposaient à Capoue, elles se faisaient un malin plaisir d’élire au poste d’intendant des délices su­prêmes le candidat le plus fourbe, le plus voleur et le plus corrompu. Ainsi les légionnaires étaient-ils d’ores et déjà assurés de jouir du spectacle de le voir bientôt courir dans l’arène devant un lion affamé…

Depuis lors, seul le lion a été exclu du processus démocratique…

Soyons lucide : entre bouffonnerie et attraction foraine, la démocratie parle­mentaire ne sera jamais autre chose qu’une caricature ou un leurre. Voilà pourquoi, comme l’avait pressenti Alexis de Tocqueville (CdC No 582, page 8), les citoyens des régimes dé­mocratiques parlementaires sont voués à s’infantiliser, subjugués par la vision affligeante d’un spectacle politique qui est la négation même de ce qu’il pré­tend être : l’exercice de la démocratie parlementaire.

Le véritable exercice de la démocratie est d’abord un luxe qu’une petite communauté peut s’offrir après avoir survécu aux premiers périls, car il implique un choix que les situations vraiment critiques ne permettent pas. Quand le feu est au village, quand une crue menace, quand des bandes en maraude sont en vue, tout le monde, sans discu­ter, sait ce qu’il convient de faire. Et c’est pour cela qu’une concertation concrète et constructive entre citoyens d’un même lieu est nécessaire pour passer du stade de l’improvisation à celui de l’organisation : ce régime poli­tique est celui de la démocratie partici­pative directe et il a fait ses preuves dans les cantons alpestres dont les alliances successives fondèrent au XIIIe siècle notre Confédération helvétique. Elle n’a de sens que si les chefs élus pour la gestion des crises ou pour ad­ministrer la chose publique sont res­ponsables individuellement de leurs actes.

paterfamiliasL’expérience montre que le principe de la responsabilité collective propre aux régimes parlementaires ouvre la porte à la corruption et à l’incurie. Par ail­leurs, le fait d’assumer pleinement l’exercice du pouvoir sans le dissocier de la responsabilité qu’il implique as­sure aux chefs élus directement par les citoyens une légitimité et une autorité incontestables. La démocratie parlementaire est évi­demment une imposture car elle délègue les pouvoirs d’électeurs responsables à des élus irresponsables : irres­ponsables par définition et donc pratiquement intouchables, ces parlemen­taires se laisseront aisément corrompre et manipuler aux profits d’intérêts par­ticuliers inavouables.

Les thuriféraires de la démocratie pré­tendent que ce régime aurait ceci de particulier qu’il serait le seul capable de garantir les droits les plus élémen­taires, comme par exemple les libertés d’association, de réunion, d’opinion et d’expression. De telles promesses n’engagent que ceux qui y croient et font penser au monde des attractions foraines ! Avertir des dangers de l’invasion allogène en se référant à la liberté d’expression est une illusion sanctionnée par un bâillon pénal.

Vingt ans de répression fondée sur la loi antiraciste (art. 261 bis CPS) ont ouvert les yeux des incrédules, mainte­nant qu’ils peuvent voir les envahis­seurs se ruer derrière ce cheval de Troie législatif !

1163377242_smallComme l’a écrit un homme de loi che­vronné, « la législation dite « antira­ciste » est antinomique de la notion d’ordre publique. Son application subs­titue à la démocratie (gouvernement de la majorité dans le respect des minori­tés), le gouvernement d’une ou de plusieurs minorités au détriment de la majorité. » […] « Ces vues reviennent d’une façon éclatante à édicter des normes spéciales (lex specialis) visant à ne protéger qu’une minorité implicite­ment désignée. Le Conseil fédéral veut-il rétablir au seul profit d’une minorité les privilèges judiciaires autrefois déte­nus par la noblesse ou le clergé ? Cela est-il réellement compatible avec le principe absolu d’égalité de tous les citoyens devant la loi ? » (Collectif, Deux procès politiques au scanner, Ed. de Cassandra, 2009, pages 42-43)

Quand, finalement, la réalité s’impose et qu’il s’avère que l’intégration de masse est un échec sans appel, il ne reste plus qu’à en tirer les consé­quences. Les Britanniques, les Hongrois et les Confédérés se sont récemment prononcés là-dessus sans ambiguïté, directement et démocratiquement. On a vu comment la volonté populaire fut respectée quand les agents de la cin­quième colonne déclarèrent que les décisions du peuple seraient invalidées au cas où elles seraient contraires aux Droits de l’homme !

Faut-il alors supprimer le peuple, les Droits de l’homme, ou les agents de la cinquième colonne ?

imagesÀ défaut de pouvoir supprimer ouver­tement le peuple, on le remplace par des migrants plus faciles à exploiter et à manipuler, car ils ignorent tout des us et coutumes de la démocratie et du libre marché… Les « invités » de Merkel attendent toujours devant la porte de la chancellerie… Pour surfer sans faire de vagues sur les eaux troubles des Droits de l’homme, il suffit de se laisser aller comme le chien crevé au fil de l’eau, autrement dit, lire attentivement les « bons » journaux pour savoir ce qu’il convient de dire et de ne pas dire…

Quant aux agents de la cinquième co­lonne, on s’y bouscule pour servir la soupe aux puissants du jour : les plus futés ont déjà une veste réversible dans la penderie, une manière comme une autre d’éviter la pendaison…

14-159Le déni de démocratie est flagrant, car jamais les peuples d’Europe n’ont voté pour faire venir des millions de mi­grants sur la terre de leurs ancêtres : ils auraient bafoué la mémoire des combattants qui périrent par millions dans d’inconcevables guerres fratricides en croyant qu’ils sauveraient par leur sacrifice la patrie, la religion, la démo­cratie et la liberté !

Quand l’intrus est dans la maison et le péril en la demeure, on ne convoque pas le conseil de famille : le pater fami­lias sort son mousqueton : ce n’est pas qu’un droit, c’est un devoir. C’est pour­quoi les agents de la cinquième colonne cherchent par tous les moyens à le déposséder de l’un et de l’autre. L’intensité de la crise migratoire assène le coup de grâce au mythe d’une démo­cratie parlementaire au service du citoyen et de l’intérêt public et met en lumière le coup d’État permanent des agents de la cinquième colonne contre les peuples européens et leurs institutions véritablement démocratiques.

affiche-decentralisation-2014« La loyauté des sujets vis-à-vis du souverain est censée durer aussi long­temps, mais pas davantage, que dure le pouvoir au moyen duquel il est à même de les protéger. Car le droit naturel qu’ont les hommes de se proté­ger eux-mêmes, quand personne d’autre ne le peut, ne saurait être levé par aucune convention. » Thomas Hobbes (1588-1679) Après avoir censuré la critique et bâil­lonné le citoyen, les agents de la cin­quième colonne, infiltrés jusqu’aux plus hautes sphères de l’Etat, de l’administration publique et des gros médias, continuent de pérorer sans voir l’orage qui s’approche et qui risque bien de les balayer. L’heure est venue pour le lion de re­prendre sa place dans l’arène. Dans l’arène politique, cela va sans dire…

René-Louis Berclaz

Courrier du continent, n°583, novembre 2016

 

Laisser un commentaire