Home Revue de presse Interdire la chasse in fine

Interdire la chasse in fine

0
Interdire la chasse in fine

La chasse est une tradition qui remonte à nos premiers parents. La chasse est aussi un sport qui développe le cardio, la maîtrise de soi, la patience, la concentration, l’observation, la précision et bon nombre d’autres qualités qui se perdent, en revanche, chez les adeptes du consumérisme  » grand-surfacé « . Rappelons que la fin de la nature, c’est d’être dominée par l’homme.

Lu dans L’Action Agricole de Touraine :

Pour la chasse le dimanche

Au moment où se déve­loppe cette campagne anti-chasse, Jean-Noël Cardoux, Président du groupe d’étu­des chasse et pêche du Sénat, donne un éclairage magistral sur la réalité de la situation.

« Les détracteurs de la chasse le dimanche font un regrettable amal­game entre chasse et tir. Certaines formes de chasse : grande vénerie, petite vénerie, vénerie sous terre, palombières avec des filets, furetage avec des bourses se pratiquent sans arme et ne présentent aucun danger. Les zones ouvertes au public et aux promeneurs sont très préser­vées. Le tir est interdit le mercredi et le dimanche dans toutes les fo­rêts domaniales gérées par l’Office National des Forêts. Le tir est éga­lement interdit en direction des voies ouvertes au public, des chemins ru­raux et à proximité des habitations. Les propriétaires de territoires privés sont libres d’y organiser la chasse comme ils le souhaitent, dans la mesure où nul n’a le droit d’y péné­trer sans autorisation. Il suffit de faire respecter la réglementation et les gardes de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage s’y emploient activement.

La période de chasse à tir se situe de mi-septembre à fin février, soit moins de la moitié de l’année et essentiellement pendant l’automne et l’hiver, époque où la fréquentation de la nature par les autres utilisa­teurs est moins intense.

Les panneaux indiquant « chasse en cours » posés sur les voies de circulation ne sont pas destinés à avertir les utilisateurs que l’on « risque de leur tirer dessus » comme certains voudraient le faire croire, mais ont, au contraire un rôle préventif pour inciter les auto­mobilistes et les autres usagers à la prudence afin d’éviter les collisions avec les grands animaux ou les chiens.

Depuis plusieurs années les fédé­rations de chasseurs ont fait des efforts considérables pour réduire les accidents de chasse lesquels, il faut le rappeler, interviennent es­sentiellement entre pratiquants de la chasse aux sangliers dont la pro­lifération a provoqué la multiplication des battues et donc des risques. Malgré cela le nombre d’accidents est en constante régression. Ceux concernant les non-chasseurs sont de l’ordre de deux ou trois par an, surtout en zone de montagne, ce qui est encore trop mais comme dans toute activité humaine, le risque zéro n’existe pas. Ces chiffres aussi regrettables soient-ils ne sont pas significatifs en regard des accidents de ski ou de motonautisme causés par des irresponsables. Et que dire de certaines victimes innocentes sur les routes dont la mort a été provo­quée par des délinquants condui­sant souvent sans permis, sans assurance, et sous l’emprise de l’alcool ou de drogue. Qui demande l’interdiction de circuler en voiture au nom de ces victimes ?

Interdire la chasse la dimanche se­rait une nouvelle atteinte aux liber­tés individuelles au détriment, en­core, des classes moyennes vivant dans un monde rural. Le dimanche est bien souvent le seul jour où ces personnes peuvent s’adonner à leur passion.

La campagne orchestrée actuelle­ment pour supprimer la chasse le di­manche utilise comme bien souvent la désinformation en faisant appel à la sensiblerie d’une population bien éloignée de la ruralité. Sous une telle couverture elle dissimule la véritable intention de ses initiateurs parvenir par grignotages successifs à interdire totalement la chasse dans notre pays. Chacun doit en prendre conscience et ne pas être dupe.

Le point de vue de la Coordination Rurale 37

La justification sociétale des chasseurs est de réguler les populations qui peuvent être nuisibles sur les cultures et les troupeaux. Le dimanche est le jour pour lequel il y a le plus de chasseurs disponibles, malgré cela les populations de certains nuisibles ne sont pas régulées. Il serait dangereux de réduire la pression opérée pas les chasseurs. Les dégâts de gibiers sont beaucoup trop importants, si la société civile ne souhaite plus qu’il y ait de régulation du risque, elle devra assumer l’intégralité du risque financier. Il n’est vraiment pas certain que l’ensemble des associa­tions environnementales du département aient les capacités financières d’assurer le remboursement annuel de près d’un demi millions d’euros de destructions.

La Coordination Rurale 37 rejoint les associations environnementales sur le-fait qu’il y ait peu de chasseurs et souhaiterait qu’il y en ait beaucoup plus pour faciliter la régulation des populations de nuisibles.

L’Action Agricole de Touraine, n°3634, 21 octobre 2016

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous gratuitement à notre lettre d’information, en remplissant le formulaire : 

[sibwp_form id=1]