Home Revue de presse Fascisme en conscience

Fascisme en conscience

0
Fascisme en conscience

Pourquoi ce titre ? Parce que l’opposition conscience-fascisme, ce dernier tant condamné par une majorité de « journaleux » aussi pourris qu’incompétents (le mot fascisme s’apparente pour eux à tout ce qui ne relève pas du respect de l’idéologie du moment), est une réalité journalière en notre pays. Elle échappe cependant étrangement aux gros bonnet du mensonge médiatique. On en arrive ici à interdire une conscience qui ne soit celle des oligarchies-fascistes que forment les plus puissants des faiseurs de « loi ».

Lu dans Désinformation Hebdo :

LA FRANCE TELLE QU’ELLE NE VA PAS

En France, il est entendu que les pharmaciens ne peuvent avoir de clause de conscience et, sur ce sujet, aucune discussion ni dia­logue n’est possible en dépit des propositions de loi déposées à l’Assemblée nationale par quel­ques députés plus courageux que la moyenne, en dernier lieu le député-maire d’Orange Jacques Bompard.

Il est naturellement curieux de constater que, dans un pays qui prétend défendre le droit à la libre expression ainsi que la liberté de conscience, le champ d’applica­tion de telles mesures soit réduit à des milieux bien précis alors que tous ceux qui ne sont pas d’accord avec la pensée dominante sont obligés de se soumettre sous peine de condamnations plus ou moins lourdes et souvent moralement injustifiées.

06_objection_conscience_4C’est bien la leçon de la récente conjuration contre l’initiative de l’Ordre des pharmaciens qui sou­mettait à la consultation de ses membres un projet de clause de conscience qui avait été demandé par 85 % de ses membres lors d’un précédent sondage, ce qui a immé­diatement provoqué la fureur du gouvernement qui a fait rentrer dans le rang les contestataires. Pour prendre de la hauteur et en­visager un possible dialogue futur (l’Ordre peut encore maintenir cette clause en en reprenant la ré­daction), il est parfois utile d’ou­vrir les fenêtres et d’aller voir ce qui se passe chez certains de nos voisins.

Or, il existe tout un ensemble de pays où l’on parvient à faire coha­biter le droit des femmes et celui des pharmaciens à agir en accord avec leur conscience.

En Grande-Bretagne, le GPhC (General Pharmaceutical Council), l’équivalent de l’Ordre des phar­maciens en France, a inclus une clause de conscience dans son Code de déontologie.

Dans le chapitre « Montrer du respect envers les autres », le code énonce : « Si vos convictions morales ou religieuses vous défendent de fournir le service, faites-le savoir aux autorités et personnes compétentes et envoyez les patients et le public vers d’autres fournisseurs. »

La rédaction de la clause (et les directives qui l’accompagnent) est telle qu’on voit mal comment elle mettrait en danger le droit des femmes. Sauf à ce que tous les pharmaciens britanniques soient objecteurs !

En Belgique, l’article 32 du Code de déontologie prévoit la clause suivante : « Sans préjudice aux droits du patient, à la continuité des soins et à l’exécution de la prescription, le pharmacien a le droit de refuser la délivrance en raison de ses objections de conscience. » Est immédiatement affirmée l’obligation du pharma­cien de renvoyer le patient auprès d’une pharmacie où le produit en question pourra être délivré. Cette clause de conscience s’étend égale­ment aux cas d’euthanasie.

pharmacienCertaines régions d’Espagne com­me La Rioja, la Castille, la Cantabrie ou l’Andalousie ont prévu un droit explicite à l’objection de conscience pour les pharmaciens. Les pharmaciens objecteurs doi­vent alors se faire enregistrer sur un registre prévu à cet effet.

En Italie, un projet de loi a été déposé en juin dernier visant à mettre en place une clause de conscience pour les pharmaciens. Le projet de loi stipule que : « tout pharmacien titulaire ou assistant peut refuser, en invoquant des raisons de conscience, de vendre des appareils, des médicaments ou d’autres subs­tances qu’il juge susceptible de pro­voquer un avortement. »

L’obligation de renvoyer vers un confrère y est également présente. À noter que cette récente initiative se fonde sur la résolution 1763 (2010) de l’Assemblée parle­mentaire du Conseil de l’Europe qui affirme les droits de la cons­cience du professionnel.

Si l’Ordre des pharmaciens souhaite donc maintenir sa clause – ce qui serait souhaitable -, il devra s’inspirer de ces exemples, bien évidemment en l’adaptant au cas français.

Désinformation Hebdo, n°1433, 5 octobre 2016

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous gratuitement à notre lettre d’information, en remplissant le formulaire : 

[sibwp_form id=1]