Marine : de droite ou de gauche ? Les deux mon commandant ! L’intervention d’Éric Zemmour, (qui joue sur la corde sensible de la souveraineté française) n’est pas nécessaire pour comprendre Marine Le pen, mais il conforte les autres analyses.

Lu dans Les 4 Vérités :

Le Front national à la croisée des chemins

91347216_oLes comptes rendus de la rentrée politique du FN, à Fréjus, le week-end dernier, laissent un goût mitigé. D’un côté, en effet, Marine Le Pen est revenue à certains « fondamentaux » du parti, notamment la lutte contre l’immigration; de l’autre, elle a continué à polir son image, allant jusqu’à laisser certains de ses proches proposer de parrainer Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle.

Cette ambiguïté me semble la principale faiblesse du FN.

C’est d’ailleurs la même faiblesse qu’a pointée, sévèrement, Éric Zemmour, dénonçant Marine Le Pen comme une « femme de gauche ». À vrai dire, à l’exception sans doute de ses proches, nous ne savons pas, à l’heure actuelle, si elle est une femme de gauche ou une femme de droite.

Et cela ne nous est pas du tout indifférent !

J’applaudis donc, bien volontiers, aux très bonnes déclarations de ces Estivales de Fréjus, où Marine Le Pen s’exclama : « Oui au multiculturalisme au niveau de la planète; non au multiculturalisme dans un seul pays. » Où Nicolas Bay appela au regroupement familial dans le pays d’origine. Bref, où le FN revint à son positionnement central et originel : la lutte contre l’immigration-invasion.

eric-zemmour-565x250Mais, dans le même temps, ce soutien à Jean-Luc Mélenchon m’inquiète. Je vois bien, naturellement, ce qu’il y a d’humoristique dans la démarche. J’entends aussi l’appel aux ouvriers, abandonnés par les « grands » partis. Mais Jean-Luc Mélenchon défend encore l’idéologie communiste, le plus mortifère totalitarisme de toute l’histoire. Cette apologie de crimes contre l’humanité devrait l’empêcher de se présenter aux élections.

Plus profondément, je crois qu’il subsiste, au FN comme ailleurs, une profonde erreur :

beaucoup font mine de croire que les ouvriers seraient « naturellement » sympathisants des idées communistes. Je crois que c’est tout à fait faux. Ils sont, au contraire, ceux qui ont le plus à craindre du communisme. Quant aux ouvriers qui ont rejoint le FN, ils l’ont fait parce qu’ils n’en pouvaient plus de payer les pots cassés de l’immigrationnisme et du mondialisme, pas parce que le FN relevait l’étendard de l’étatisme !

Le FN peut faire un très beau score aux présidentielles, mais, pour gagner, il doit rejeter toute tentation néo-marxiste ! Sinon, comme le dit Nicolas Sarkozy, il risque d’être doublé sur sa droite — y compris par des bonimenteurs qui pourraient bien faire l’inverse de leurs promesses, comme l’ancien président !

Les 4 Vérités, n°1061, 23 septembre 2016

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.