Impôt à… Non ! Arnaque à la source !

L’impôt à la source, ou « comment exploiter la légendaire fainéantise des Français en comptabilité ? » Excellent article s’il en est, sur un sujet qui touche au nerf de la guerre. L’impôt à la source risque d’aboutir à la perte d’une (énième) partie du salaire. Ceci à cause de ceux qui, trop vite lassés de faire les calculs de juin pour la déclaration annuelle, ont voté « pour », se libérant d’une tâche pourtant toute naturelle dans l’économie familiale, et remettant ladite tâche entre les mains d’une administration dont ils sont, les premiers, à prétendre ne pas lui faire confiance. Espérons simplement que l’échantillon utilisé pour le sondage soit, vraiment, très petit. Sans quoi il n’y a vraiment rien à tirer du peuple de France, et les pauvres vont devenir très, très, très pauvres. Cliquez sur les livres ci-dessous !

Lu dans Présent :

Impôt à la source du chaud et du froid.

Capture
Tiens ! Porcinet est encore de la partie !

Si on nous demandait de prendre une feuille de papier, de dresser deux colonnes : colonne de gauche, les mauvaises réformes du quinquennat Hollande, colonne de droite, les bonnes réformes, que trouverait-on dans celle de droite ? Pas grand-chose, hélas ! La libéralisation du transport par autocars (les cars-à-Macron) ? 1 500 emplois créés à ce jour… Et puis sans doute cette rete­nue à la source.

Certes, la retenue à la source va transformer les entreprises en collec­teurs d’impôts, moyennant une charge de travail supplémentaire pour les services de paye. Mais ce dispositif, déjà en vigueur dans la plupart des pays occidentaux, per­met au salarié de payer des impôts en fonction de la réalité de ses reve­nus et de sa situation personnelle, et pas au regard de ce qu’elle était il y a un an. Ce qui est quand même plus juste et moins anxiogène.

La retenue à la source aura aussi pour vertu de montrer de façon spectaculaire la proportion des reve­nus familiaux avalés par le collecti­visme. Une matérialisation, en quelque sorte, des analyses des Contribuables associés et d’Agnès Verdier-Molinié, sur le temps que chacun passe à cotiser pour la collec­tivité, le montant effarant des prélè­vements de toutes natures.

Signaler-Une-Arnaque-TesteurPilules.comAutre vertu : elle révélera encore davantage l’incroyable écrasement des échelles de revenus nets, qui s’est opéré ces dernières années, et à la­quelle n’échappent plus guère que… les très très riches et les très très pauvres, et aussi les sénateurs et autres catégories privilégiées, comme nous le montrent quelques publica­tions récentes. Espérons que cette nouvelle approche facilitera les prises de conscience et les réactions.

Donc une bonne réforme. Sauf que…

impots_afp_6Sauf qu’il semble que le gouverne­ment ait une idée derrière la tête, l’idée de fusionner l’impôt sur le re­venu et la CSG. Aligner la progressi­vité de la CSG sur celle de l’impôt sur le revenu. Ce serait évidemment un nouveau coup de rabot sur le pouvoir d’achat des catégories moyennes et intermédiaires. 65 % des Français sont favorables au prélèvement à la source de l’im­pôt sur le revenu. Un sondage signi­ficatif consisterait à n’interroger que ceux qui sont concernés, à savoir ceux qui payent l’impôt sur le re­venu. Or ils sont désormais moins de 50 %…

En conclusion, l’impôt à la source pourrait être une bonne réforme. Mais tout laisse donc penser que si cette réforme se fait (elle est prévue pour 2018 et, d’ici là, la majorité de­vrait changer) et si elle se fait sous administration socialiste, vous ris­quez de devoir la basculer rapide­ment dans la colonne de gauche !

FRANCIS BERGERON

francis-bergeron@present.fr

Présent, 17 août 2016, n°8672, p. 3


Warning: A non-numeric value encountered in /homepages/22/d318205955/htdocs/LF/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 326

Laisser un commentaire