L’Église sainte Rita a été profanée. Un ministre du Seigneur a été violenté. Face à ce sacrilège, les passions crient à la vengeance, la raison à la justice. L’Esprit lui, pousse à la réparation. Car il faut cesser, une bonne fois pour toutes, de NOUS considérer comme les offensés ! En touchant à un serviteur consacré, c’est DIEU que l’on TOUCHE. Or on ne touche pas au sacré. Dieu a foudroyé pour cela. Ce sens du sacré est perdu car aujourd’hui, les bien-pensants (n’y voir aucune ironie) ne réagissent que POUR défendre LEUR personne, LEUR pensée etc… Ceci dit, les réactions montrent tout de même un certain esprit catholique bien sûr, et le scandale… scandalise. Voici donc encore une incarnation de ce que donne la Loi, lorsqu’elle a cessé d’être subalterne à la morale qui EST l’Esprit de Dieu par Son Église.

Lu pour vous dans Présent :

index 01L’église Sainte-Rita, située dans le XVe ar­rondissement de Paris, a été évacuée manu mi­litari mercredi matin, entre 7 heures et 8 h 30. Depuis plusieurs mois, l’église — la seule de Pa­ris à organiser une bénédiction annuelle des animaux le premier dimanche de novembre —était occupée par des fidèles opposés à sa dé­molition pour en faire des places de parking et une dizaine de logements. Les travaux de construction de logements devaient commen­cer en octobre 2015 mais se sont jusqu’alors heurtés à la présence d’occupants « sans droit ni titre », selon la préfecture de police.

expusion-sainte-rita-3Celle-ci a donc procédé à l’évacuation au lendemain des funérailles du père Jacques Hamel, égorgé par un islamiste le mardi 26 juillet à Saint-Étienne-du-Rouvray. « Attaquer une église, c’est profaner la République » avait alors es­timé François Hollande. Le député-maire du XVe arrondissement, Philippe Goujon, s’est déclaré « extrêmement indigné » notamment par le fait qu’une dizaine d’élus en écharpe tricolore ont été « traînés par terre » lors de l’intervention de la police. Il a avancé que des « négociations étaient en cours » avec « des orthodoxes intéressés par le rachat de cette église ». Le vicaire de la paroisse a également été traîné par les CRS alors qu’il célébrait la première messe de la journée, à 6 h 30, à laquelle assistaient une soixantaine de personnes, tandis que quinze jeunes sur­veillaient les abords de l’église.

ob_47e537_expulsion-3En effet, cette évacuation, au creux de l’été, était redoutée par ces « zadistes du Christ » comme on les sur­nomme parfois. Mais le tempo choisi par le mi­nistère de l’Intérieur étonne : alors que le meurtre du père Hamel est encore dans tous les esprits, que de nombreuses mosquées salafistes n’ont pas été fermées, et que les manifestants de Nuit Debout ou de la zone à défendre de Notre-Dame-des-Landes n’ont pas été éva­cués par la force, la priorité du gouvernement porte sur une église populaire qui avait été redynamisée par l’abbé Guillaume de Tanoüarn.

Sur le réseau social Twitter, les remarques indignées pleuvent, faisant de l’évacuation de Sainte-Rita le sujet le plus commenté de France dans la journée de mercredi. Les internautes en colère mettent notamment en lu­mière le deux poids deux mesures qui existe entre les dizaines de mosquées salafistes en ac­tivité en France et cette église condamnée à la destruction.

Marie de L’Isle

Présent, 5 août 2016, n°8665, p. 2.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.