Décidément, nous vivons dans un monde ou la notion de souveraineté n’est même plus objet d’étude. Il faut rétablir la morale catholique dans tout ça : l’Ukraine est un pays indépendant, il est donc souverain, on n’a pas à tenter de l’agresser. Quel que soit le pouvoir en place. C’est un principe de base de toute relation entres pays frontaliers : la paix. Certes le gouvernement en place est pro-américain, pro-Europe (c’est-à-dire ?), pro-occidental, mais de toutes façons, depuis l’Est des Monts de la Kolyma à l’Ouest des Rocheuses, c’est le même ennemi pour nous, Français : le combat contre Dieu. Quoiqu’il en soit, il est bien plus naturel que l’Ukraine reste économiquement et commercialement plus proche des Russes que du vieil Oncle Sam. Question d’esprit, et d’histoire.

Lu dans La Parole Ukrainienne :

COMMUNIQUE DE L’UNION DES UKRAINIENS DE FRANCE

Le jeudi 28 avril, l’Assemblée Nationale a voté une proposition de résolution contre le prolongement des sanctions économiques contre la Russie. Bien que ce texte ne porte qu’un caractère consultatif, l’Union des Ukrainiens de France s’inquiète des signes d’allégeance vis-à-vis du Kremlin que la France ne cesse de multiplier ces derniers temps.

PHO6503c340-ad55-11e4-aec5-e46de2f80003-805x453Comment expliquer que le projet de résolution initié par Thierry Mariani — un lobbyiste pro-russe qui n’a jamais caché sa sympathie envers Moscou, n’était pas déclaré irrecevable par le gouvernement qui continue pourtant à soutenir publiquement le maintien des sanctions contre la Russie ? En effet, la Constitution permet au gouvernement de rejeter un projet de résolution « s’il estime qu’elle contient des injonctions à son égard ». Comment expliquer également une si faible présence des députés socialistes lors du vote sur un sujet d’une importance internationale, alors qu’ils étaient parfaitement au courant de l’ordre du jour ?

A pro-Russian militant smokes a cigarette as he takes his position preparing to fight against Ukrainian government troops at a checkpoint blocking the major highway which links Kharkiv, outside Slovyansk, eastern Ukraine, Friday, May 16, 2014. Outside the strategic city of Slovyansk, which has been the key stronghold of the pro-Russian insurgents for more than a month now, the armed separatists installed a new check-point on the eastern approaches of the city blocking the major highway which links Kharkiv, the capital of the neighboring region, and the Russian city of Rostov-on-Don across the border. (AP Photo/Alexander Zemlianichenko)

L’invitation officielle de Vladimir Poutine à Paris en octobre prochain, qui rompra de facto l’isolement politique du président russe, est un autre signe inquiétant. Alors que la communauté internationale s’efforce à appliquer des sanctions et de démontrer par tous les moyens son désaccord avec la politique agressive de la Russie envers son voisin ukrainien, la France semble ouvrir les bras à Moscou, qui ne cesse de violer le droit international. L’Union des Ukrainiens de France est profondément choquée par ces derniers événements qui font craindre le changement du cap dans la politique internationale de la France dans le dossier russo-ukrainien. La France, considérée comme le pays des Droits de l’Homme, n’envoie-t-elle pas un message contradictoire vis-à-vis de ses principes et ses valeurs, et est-elle toujours capable de les défendre ?

7386960-11375578Il est essentiel de rappeler que les sanctions appliquées à la Russie par l’Union européenne est une réponse à l’annexion de la Crimée ainsi qu’à l’invasion russe du Donbass et que la levée de celles-ci est soumise à des conditions bien précises. Or, depuis la signature des Accords de Minsk, aucune de ces conditions n’a été remplie par la Russie qui continue à envoyer ses hommes et de l’armement lourd dans l’est de l’Ukraine, et qui n’a toujours pas procédé à la libération des prisonniers politiques ukrainiens détenus illégalement sur son territoire.

L’attitude de la France est d’autant plus scandaleuse qu’elle préfère exercer une pression sur l’Ukraine, victime de l’agression, en la forçant à abandonner ses territoires aux mains du Kremlin et mener des réformes de décentralisation qui fragiliseront encore plus un pays déstabilisé par la Russie.

L’Union des Ukrainiens de France demande au gouvernement français de rester respectueux du droit international et de la morale politique, en distinguant clairement l’agresseur et la victime de ce conflit et en adoptant une attitude digne d’un pays des Droits de l’Homme.

Union des Ukrainiens de France Message envoyé aux députés de l’assemblée nationale, aux sénateurs et aux parlementaires français de l’Union européenne.

La Parole Ukrainienne,BP 24, 75921 Paris cedex 9

(n°3072, juin 2016, première de couverture.)

 

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire