Les « bonnes œuvres » du Conseil de Paris

C’est, encore une fois, nos confrères de « Contribuables associés » (42 rue des Jeûneurs, 75002 Paris. Tél : 01 42 21 16 24, courriel : [email protected]) qui ont levé le lièvre en faisant connaître une petite partie des largesses de Mme Hidalgo conseillée par son adjoint à la culture, Bruno Julliard. Chacun a ses obsessions mais les malins les font payer par l’argent public. Jugez-en d’après cet échantillon en date du 27 avril dernier.

– 3 500 euros pour le 3e festival international du film lesbien.

– 30 000 euros à l’UNEF (Nous avons parlé, dans notre précédent numéro, des adhérents actuels et anciens du syndicat étudiant de gauche qui a montré récemment sa vigueur contre les forces de l’ordre).

– 13 000 euros à l’association « Les Ami-e-s du Mage » pour financer des colloques et débats sur les questions « de genre et du travail » (?).

– 4 000 euros à SOS Racisme pour des campagnes de mobilisation et des actions pour enclencher des « dynamiques citoyennes autour du combat pour l’égalité ». Le nombre des adhérents de ce groupe tenu toujours à bout de bras par les gouvernements, semble plus proche de 500 à jour de cotisation que des 10 000 annoncés par son patron Sopo.

– 10 000 euros à une association « Aqua Footv» afin de réaliser un « film subaquatique s’inspirant des plus beaux gestes et passes de football » (sic).

– 20 000 euros pour faire participer 15 joueur-se-s et activistes LGBT à des tournois de foot (LGBT= Lesbiens Gays Bisexuels et Transexuels).

– 44 500 euros à l’association « Hip-Hop citoyens » pour le « développement de la citoyenneté dans le mouvement Hip-Hop ». Est-ce clair ?

– 5 000 euros pour les « Amis des combattants en Espagne républicaine » (sic).

– 9 500 euros pour organiser un « Festival israélo-palestinien ».

– 10 000 euros pour organiser un « Festival Sarajevo-sur-Seine » au bénéfice de l’association « European Grassroots Antiracist Movement ». Du moment qu’il se dit antiraciste…

Voilà un exemple de ce qui se fait à Paris. Il faut ajouter les milliers d’autres municipalités de gauche un peu partout en France où l’on peut trouver des « pépites » identiques.

Les « bonnes œuvres » du Conseil de Paris
60 milliards d´économies ! Oui mais tous les ans..
Les « bonnes œuvres » du Conseil de Paris
Au nom du fisc. Enquête au pays de l´impôt
Les « bonnes œuvres » du Conseil de Paris
Les Profiteurs de l´État

Laisser un commentaire