21-23 juillet (85 – L’Île-d’Yeu) : Voyage à l’Île-d’Yeu pour honorer la mémoire du maréchal Pétain, pour le 65e anniversaire de sa mort.

Départ de Paris le 21 juillet à 14 heures, retour le samedi 23 juillet vers 14 heures. Réponse obligatoire avant le 30 mai.

Demander tous les renseignements précis (tarifs, réservations, moyens de transport, etc.) à l’ADMP, 5 rue Larribe, 75008 Paris, tel : 01 43 87 58 48. courriel : [email protected], site : www.admp.org. Bureaux ouverts du lundi au vendredi, de 13 h à 17 h.

Présentation de l’ADMP :

L’Association pour défendre la mémoire du maréchal Pétain a été créée en 1951 sous le haut patronage du général Weygand. Elle faisait suite à un comité d’honneur pour la libération du maréchal Pétain dont le Président était Louis Madelin de l’Académie française.

Le premier président de l’ADMP fut le général Héring ; le comité d’honneur comprenait entre autres des membres de l’Académie française (Henry Bordeaux, Louis Madelin, Claude Farrère, Jérôme Tharaud), les généraux Brécard, Dufieux, d’Harcourt, Lafont, de La Porte du Theil, Laure, Pujo, Serrigny, des personnalités telles que Gaston Bergery, Jean Borotra, Jérôme Carcopino, Pierre-Etienne Flandin, Daniel Halevy, Henry Lemery, Henri Massis, Pierre Mauriac, François Pietri, Pierre Taittinger.

De juillet 1952 à décembre 1958, l’organe de liaison de l’Association parut sous forme de bulletins ; à partir de mars 1959, il fut publié sous le titre actuel « Le Maréchal ».

En octobre 1955, fut constitué un comité d’honneur pour la célébration du centenaire de la naissance du maréchal Pétain sous la présidence du général Weygand. Cette célébration se déroula de la façon suivante : le 22 avril, sous la présidence des généraux Weygand et Héring, fut apposée à Cauchy-à-la-Tour une plaque commémorative sur la maison où naquit le maréchal Pétain le 24 avril 1856 ; le 24 avril, messe commémorative à Notre-Dame de Paris ; le 26 avril à Verdun et à Douaumont fut évoquée la grande figure du général Pétain ; le 29 avril, cérémonie sur la tombe du Maréchal à l’île d’Yeu ; le 30 avril, le général Weygand fleurit la dalle sacrée sous l’Arc de Triomphe de l’Etoile ; le 1er mai, messe de la Saint-Philippe en l’église Notre-Dame des Victoires.

Fin mai 1956, la Confédération nationale des Combattants de la résistance engagea une action tendant à obtenir la dissolution de l’ADMP devant le Tribunal civil de la Seine, lequel la déclara irrecevable.

Le 6 juin 1958, maître Isorni, avocat du Maréchal et membre statutaire du comité directeur de l’ADMP adresse une lettre au général De Gaulle, Président du Conseil, lui demandant de transférer les cendres du Maréchal au cimetière national de Douaumont. Mais entre temps, le général De Gaulle lui-même avait fait part à Edmond Michelet, ministre des Anciens Combattants, de son intention de les y transférer : la publication de la lettre de maître Isorni incita le Général à renoncer à son projet (lire la suite sur le site de l’ADMP).

I-Moyenne-18348-j-ai-servi-petain-le-dernier-temoin.net[1]
J’ai servi Pétain
I-Moyenne-3266-le-marechal-et-la-france.net[1]
Le Maréchal et la France
I-Moyenne-3169-philippe-petain-devant-l-histoire-et-la-patrie.net[1]
Philippe Pétain devant l’Histoire et la Patrie

Laisser un commentaire

Fermer le menu

Abonnez-vous gratuitement à notre lettre d’information, en remplissant le formulaire :