Home Revue de presse Pour une vraie politique en faveur des PME !

Pour une vraie politique en faveur des PME !

0
Pour une vraie politique en faveur des PME !

Ne pas taxer les transactions entre entreprises : l’idée ne semble pas mauvaise à première vue. En-effet, il n’est ni moral ni normal que l’État vienne mettre son nez dans des transactions privées (hors le cas de fraudes). C’est le symptôme de la tyrannie économique, cela s’appelle du vol. En revanche, le fait de ne pas taxer les bénéfices qui restent en  « trésorerie », oui pourquoi pas. Mais c’est sans compter sur la loi du marché libéral qui contraint toute société à se développer, s’adapter, investir surtout… La trésorerie ne servira qu’à développer : in fine, la finance internationale est encore gagnante. Mais l’esprit d’entreprise, de corporation, de famille professionnelle n’en sera pourtant pas réhabilité…

Lu pour vous ce matin dans « Les 4 vérités » :

Pour une vraie politique en faveur des PME !

Le décret d’application cor­respondant relatif à « l’a­mendement Fromantin » de la loi Croissance et Activité vient d’être publié au Journal Officiel.

On en générait, de la trésorerie
On en générait, de la trésorerie.

Cet amendement permet aux entreprises de se prêter de l’ar­gent sans passer par les banques. Je me réjouis de ce signal très positif envoyé aux entreprises car, comme le dit M. Fromantin,  » depuis la crise de 2008, la baisse d’activité, la contraction des marges et l’alourdissement des besoins en fonds de roule­ment ont entraîné une dégrada­tion significative de leur trésore­rie et particulièrement pour les P.M.E « . Il faut que nos entreprises puis­sent disposer d’une trésorerie suffisante, afin de faire face aux aléas du commerce, mais aussi aux besoins d’investissements et de croissance externe.

Si notre pays compte si peu d’entreprises de taille intermé­diaire (E.T.I), notamment en com­paraison avec l’Allemagne, c’est en grande partie à cause du manque de fonds de roulement et de trésorerie de nos entrepri­ses. Car, sans trésorerie, toute croissance est délicate et peut fragiliser l’entreprise.Je me réjouis donc de cette avancée.

Malheureusement, le texte ne vas pas assez loin, car il y a trop de restrictions. Je pense que deux solutions simples per­mettraient d’améliorer la situa­tion de nos entreprises. La première serait de ne fiscali­ser les bénéfices d’une entrepri­se que lorsque ceux-ci quittent l’entreprise. Si le chef d’entreprise décide de laisser le bénéfice dans la tréso­rerie de l’entreprise, ce bénéfice ne devrait pas être taxé.

Cette mesure simple aurait pour effet d’inciter les chefs d’entreprise à garder leur bénéfice dans l’en­treprise et à augmenter consi­dérablement leur trésorerie. La seconde mesure serait de supprimer les droits de succes­sion sur la transmission d’entre­prises. En effet, trop de nos P.M.E se voient rachetées par des investis­seurs étrangers lors des succes­sions et, si la succession se fait en gardant l’entreprise dans le giron familial, la trésorerie de celle-ci se retrouve largement grevée, car elle sert souvent à payer les droits de succession. Il faut enfin avoir une vraie poli­tique en faveur de nos entrepri­ses !

Les 4 vérités

Cliquez…
 À lire pour ingurgiter la définition de « logiciel politique »
Trésoreries flinguées et autres aberrations

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous gratuitement à notre lettre d’information, en remplissant le formulaire : 

[sibwp_form id=1]