Home Revue de presse Les français floués en économie !

Les français floués en économie !

0
Les français floués en économie !

Gageons qu’avec les incompétentes flaques H.E.C and Co, rêveurs décérébrés qui occupent, de mauvais droit, les postes stratégiques de ce pays défiguré, le mythe de la révolution spontanée risque bien de débarquer en Réalité. Ah non, c’est vrai, le français ne se dérange que quand la gamelle est vide : tradition oblige ! Résistant ? Ah mais oui ! (à la maison).

Lu pour vous ce matin dans « Restauration Nationale » :

L’IMPUISSANCE ÉCONOMIQUE DE L’ÉTAT

success-1148046__180De la déchéance de nationalité à la réforme constitutionnelle en passant par la loi sur le travail, l’exécutif recule sur tous les terrains. Les sondages sont en chute libre, la rue continue de gronder et les grèves se multiplient. Le gouvernement ne fait plus que de la figuration dans un pays qui a totalement perdu sa souveraineté. Cette faillite n’est pas la conséquence désastreuse du sort contraire des armes, elle résulte d’une série d’abandons décidés en connaissance de cause par ceux qui prétendent exercer le pouvoir (ou en jouir !) et sans en avertir le peuple qui se croit encore maître de son avenir. Deux événements différents permettent d’illustrer cette triste réalité. Le premier est la décision de la Banque centrale européenne (B.C.E) de baisser encore ses taux directeurs; le second est « la loi El Khomri ».

Des taux d’intérêt négatifs

banner-982098__180Avant d’aller plus loin sur cette question, il faut constater que parler de « taux d’intérêt négatifs » est un non-sens dans la mesure où, en français, ce mot désigne plutôt un dédommagement, en l’occurrence un dédommagement pour la privation de l’usage de son argent. Quand l’intérêt devient négatif, ce n’est plus un dédommagement mais une « double peine » puisque, d’une part, on est temporairement privé de l’usage de cet argent et, d’autre part, on doit payer une taxe pour cette privation. On comprend pourquoi une telle mesure est prise : on veut officiellement inciter les banques à ne pas garder pour elles des excès de liquidités mais les pousser à « distribuer » davantage de crédits. Une telle décision, qui s’impose à tous les pays de la zone euro, sans distinction, présente plusieurs risques d’effets pervers.
business-18162__180Tout d’abord, il faut constater que cette mesure va à l’encontre des dispositions prises dans le cadre du Comité de Bâle sur le respect de règles, dites prudentielles, imposées aux banques et qui, elles, limitent drastiquement les possibilités de prêts… sauf aux États et aux établissements publics. Ensuite, des taux négatifs poussent les banques à prêter sans s’intéresser le moins du monde aux motifs pour lesquels cet argent est demandé. Autrement dit cela facilite toutes les dépenses inutiles ou démagogiques sans pour autant soutenir l’esprit d’entreprise. Bien plus, cela encourage les institutions financières à utiliser les crédits obtenus pour la spéculation financière mondiale, au risque de faire enfler de nouvelles bulles dont l’éclatement tôt ou tard provoquera de nouveaux dégâts que le jargon pédant qualifiera de dommages collatéraux.
Quant à l’argument avancé selon lequel une « baisse des taux d’intérêt stimule la demande de crédit », il est du même tonneau que celui selon lequel un verre de vin stimule l’activité ; tout dépend de ce que l’on a bu auparavant ! Indépendamment de la question de savoir l’utilité réelle du nouveau crédit, la meilleure façon de pousser les agents économiques à emprunter ce qui leur est nécessaire,est de leur donner confiance dans l’avenir, ce qui suppose de leur donner un horizon politique clair, conforme à leurs attentes, et donc ce qui impose un exercice sans faille de la souveraineté nationale.
gold-bullion-163553__180Dans cette affaire des taux d’intérêt négatifs, il n’y a qu’un seul gagnant : la B.CE qui prend, sans que personne ne dise quoi que ce soit, l’argent déposé sur les comptes en banque, c’est-à-dire l’argent des clients. Qu’en période d’inflation galopante, une banque centrale se livre à cette fantaisie pour empêcher la croissance de la masse monétaire d’alimenter la dérive de la valeur de la monnaie, on le conçoit. Mais quand on est en période d’explosion de cette dite masse monétaire sans inflation, non seulement on encourage la spéculation financière mondiale, mais encore on fragilise l’épargne des populations autochtones.

Le démantèlement du droit du travail

plan-1248046__180La loi El Khomri, ou plus exactement ce projet de loi, dont les populations ne veulent pas est aussi très symptomatique de l’impuissance réelle du gouvernement que celui-ci masque derrière une débauche de mots.Tout le monde donne à ce projet le nom d’un ministre qui n’a en rien trempé dans sa rédaction et dont on n’est pas sûr qu’il en approuve le contenu. Mais cette personnalisation de la loi à trois mérites : d’abord elle montre qu’une loi « importante » peut être portée par une femme, qui plus est issue de la diversité ; ensuite, elle permet de s’assurer de la loyauté de ce ministre vis-à-vis du chef du gouvernement et de l’empêcher de promouvoir ses propres ambitions personnelles ; enfin, elle masque le fait que cette loi n’est pas prise dans l’intérêt de l’économie française. Car ce projet de loi est directement issu des Grandes orientations des politiques économiques (G.O.P.E) de l’Union européenne. La « réforme » du droit du travail français est imposée par Bruxelles, non pas dans le but de relancer l’économie française, mais dans celui de favoriser le développement économique des entreprises multinationales exerçant une partie de leur activité sur le territoire national. Et si Monsieur Hollande explique que si ce projet peut être amendé, — à la marge —, il ne sera pas retiré malgré la colère qu’il suscite, c’est parce que les politiques économiques relèvent de « la compétence exclusive de l’Union européenne ». Pour que ce projet de loi puisse être retiré, il faudrait que la commission européenne donne son accord et donc qu’elle revoie ses Grandes orientations des politiques économiques.
Gageons que l’on dira au peuple français, s’il s’obstine à contester cette loi, que le pays ne peut décidément pas être réformé. En réalité le peuple français n’est pas rétif à toute réforme quand celle-ci est menée dans son intérêt, mais c’est un peuple de résistants : en l’occurrence il résiste aux diktats venus de Bruxelles et dont les résultats visibles actuels suffisent à entretenir et développer cet esprit de résistance.

François Schwerer

Restauration Nationale

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous gratuitement à notre lettre d’information, en remplissant le formulaire : 

[sibwp_form id=1]