L’équipe Hollande-Valls a dû employer les grands moyens pour réagir face à la déception générée par la réforme de l’orthographe. Il fallait en passer par un changement de gouvernement… On ne mesure pas très bien la force de volonté et le courage qu’il aura fallu pour entreprendre de tels changements. Il s’agissait là d’une réforme qui préoccupait tous les Français depuis des lustres. Mais, voilà, en France, celui qui ose une vraie réforme comme celle de l’ortho-graphe est tout de suite houspillé, mal compris et, bien sûr, mal aimé. Force est de constater que nos élus ne font que tenir leurs engagements. Et, de plus, ils réussissent un magnifique coup double que les Français auront, certes, beaucoup de mal à comprendre. En effet, ils ont simplement entrepris un allègement de « l’impôt » et du « chômage », coup de chapeau ! La tristesse ambiante va aussi être réduite car les oignons sans « i » se­ront sans conséquences sur nos glandes lacrymales…

Quel dommage de mettre un carton rouge à un gouvernement qui a su pren­dre les vrais problèmes à bras le corps et proposer des solutions innovantes et courageuses!

Consolons-nous avec la sortie du «grand sage ». Outre la retraite dorée of­ferte à Laurent Fabius, Hollande propose une belle situation à d’anciens écolos re­convertis au socio-capitalisme de tendan – ce libérale. Giscard nous l’avait promis, Valls et Hollande l’ont fait : c’est le chan­gement dans la continuité. À quelques nuances près, les mêmes arbres cachent la même forêt (notez la présence des ac­cents circonflexes, pour la dernière fois peut-être !!!). Il faut noter une innovation avec le retour de M. Ayrault. Jamais, sous la cinquième, nous semble-t-il, un ancien Premier ministre n’a réintégré (désigné par le même président) un gouverne­ment en tant que ministre… Serait-ce parce que M. Ayrault maîtrise la langue de Goethe pour assister Hollande dans ses conversations avec Angela ? À moins que l’idée soit plus profonde… Il fallait éloigner M. Ayrault de la tragique affaire que devient l’extension de l’aéroport de Nantes sur le site de Notre-Dame-des-Landes.

Voyons le côté positif de tout cela. Cette déchéance du français dans le texte accompagne la déchéance de nationalité pour les terroristes réels ou supposés. Toutes ces réformes paraissent déraci­nantes et il suffira d’en confier l’applica-tion au nouveau secrétariat d’État à « l’Égalité Réelle ») (il fallait la trouver celle-là) pour que notre société soit plus juste et plus égale.

Accrochez-vous aux branches, Mes­dames et Messieurs les élus, après la perte de nos racines, le prochain coup de vent électoral fera peut-être tomber les chênes comme le craignait Malraux en son temps. Il ne restera plus que les glands.

La chute de ces baliveaux sera-t-elle propice aux sculpteurs de langues de bois ?

Laisser un commentaire